image1Né le 31 juillet 1973 à Levallois-Perret, issu d’une famille nombreuse d’origine malienne, Bally Bagayoko a grandi à Saint-Denis. Il est le second d’une fratrie de 7 enfants. Son père Adama BAGAYOKO était un brillant mécanicien d’abord auprès du gouvernement Malien puis en France au sein de grandes entreprises comme Citroën, Peugeot et Opel. Il transmettra cet amour de la mécanique à son fils.

Sa mère Mariame BAGAYOKO, élément essentiel dans son parcours, fera le choix de mettre en veille sa carrière professionnelle pour se consacrer pleinement à l’éducation des enfants. Je dois tout à mes parents qui m’ont apporter la synthèse de ce qui a de meilleure dans la ville, l’amour des parents et de la famille. C’est un ingrédient essentiel pour gravir les plus montagnes les plus élevées et affronter les tsunamis de la vie ».

Sur tous les fronts de la vie locale, de son enfance à Gaston-Dourdin, au Marché de Saint-Denis, en passant par les quartiers de sa ville qu’il connaît et est reconnu. Depuis le collège à l’université, aux salles de sport de la ville, il a su conjuguer études, petits boulots, activités associatives, sportives (notamment en tant que joueur et entraîneur de basket ball au niveau semi professionnel) et militant dans son quartier, puis dans sa ville.

Déjà l’âme d’un compétiteur, déjà rassembleur et leader, il va prendre avec un collectif de jeunes de basketteur de Saint Denis, la décision de regrouper les meilleurs joueurs de sa génération et de celle d’en dessous pour remonter une equipe de basket-ball au Saint Denis Union Sport avec l’ambition d’atteindre le meilleur niveau. Prévu à une belle carrière au niveau professionnel, il a fait le choix de sa ville. Parti du niveau departemental, durant 5 ans le travail de chacun de ses coéquipiers, va permettre l’atteinte des résultats escomptés, avec l’ascension en National 3.

Il occupera le poste de joueur, d’entraîneur et de Coatch. Celui que le monde du basket ball dénommait Bally Jackson Bagayoko. Parmi ses amis de terrain mais aussi dans la vie on découvrira : Cyril Ekambi Manga, Eric Nana, Fabien Marsaud (dit Grand Corps Malade), Brahim Chikki, Samy Meziane ( humoriste Comte de Bouderballa) Jacky Ido (Acteur) et ses frères Yaya, Bassanfa et Ousman BAGAYOKO.

 

image3Il est titulaire d’une maîtrise des Sciences et Techniques de la connaissance des banlieues, d’un DESS de géopolitique et diplômé d’Etat d’éducateur Sportif.

Un autre Homme sera pour lui un confident et un conseiller essentiel : Jacques Marsaud ancien directeur général des services de la ville de Saint Denis, dont il va faire la rencontre dans le cadre de son activité associative sportive au sein du SDUS. « Jacques sera un homme de l’ombre qui me donnera les meilleurs conseils, car c’est un homme juste comme il en existe rarement dans le milieu de la politique ». Avec Patrick Braouezec et Jacques Marsaud, le premier cercle de mes hommes de confiance était constitué et ils ne me quitterons jamais ».

En 2001, pour donner une autre dimension à ses convictions, Bally Bagayoko s’engage aux côtés de Patrick Braouezec Député-Maire, celui que beaucoup présente comme son mentor, celui qui lui a fait confiance dès le premier regard sans jamais lui demander de prendre une carte au sein du PCF et qui a assumé ce choix a une période qui n’était pas évidente. « C’est cela la sincérité dans les actes pour moi et c’est pour cela que je serai toujours un communiste de coeur ». Il rejoint son équipe municipale en tant que conseiller municipal dans un premier temps et rapidement, il sera promut maire adjoint en charge de la communication et des nouvelles technologies de l’information et de la communication. C’est dans cette phase, qu’il va développer les outils de communication utiles et innovants avec la refonte du site internet de la ville, le developpement de la vidéo permettant de promouvoir et valoriser le service public ainsi que les agents qui la compose.

C’est sous son impulsion que la remise à plat du fonctionnement du journal local dit le JSD aura lieu, en le tournant sur davantage de proximité et le developpement de la version dématérialisée. Il lancera le plan numérique à travers la création des espaces numériques sur les quartiers, fera de la Cyberbase municipale le cœur de ce réseau acteurs, impulsera un plan de dotation informatique dans les écoles de la ville et enfin entamera le processus de création de la direction communautaire des systèmes d’informations et de la communication au niveau de l’agglomération Plaine Commune.

 » JE SUIS UN COMMUNISTE DE CŒUR ET SAIS COMBIEN LE PARTI ET LES HOMMES QUI L’ONT INCARNÉ LOCALEMENT ONT CONTRIBUÉ À MON ENTRÉE EN POLITIQUE »

Après Patrick BRAOUEZEC, Didier PAILLARD lui succède à la tête de la ville en 2004. Le Maire Communiste de Saint Denis, va à nouveau lui confirmer sa confiance en le chargeant d’une délégation importante : La jeunesse, carte générique de la ville des Rois de France. Top départ, comme un hyper actif, Il prend en charge et met en œuvre de nombreux dossiers et développe des projets utiles à ses concitoyens, à commencer par le Forum de la Jeunesse, les dispositifs de pass-culturel, d’aide à l’accès à la culture pour les jeunes dénommé KESKISSPASS ; le dispositif d’accompagnement et d’aides des jeunes de 16/30 ans de manière globale, unique dans son genre, inscrits dans une démarche d’insertion sociale et professionnelle, dénommé ATOUTS JEUNES.

Il fera adopter le premier rapport d’orientation sur la jeunesse, qui fera passer la tranche d’âge de 25 ans à 30 ans pour la politique jeunesse pour être en phase avec les nouvelles réalités liées aux difficultés sociales et économiques de ce public. Il impulsera la création d’un evenement majeur visant à réunir les jeunes et l’institution municipale avec l’opération « T’es majeur » destiné à accompagner les jeunes âgés de 18 ans vers la citoyenneté. Plus de 800 jeunes seront mobilisés chaque année.

 

Dans le même ordre d’idée, il décidera de la création du conseil municipal des jeunes habitants à destination des collégiens-ennes, qui organise chaque année son bal des collégiens-ennes, véritable temps fort de la jeunesse dans sa diversité et de leurs parents. Parce que la rencontre et la découverte du monde sont essentielles pour lui, il créera le dispositif « Jeunes du Monde » visant à soutenir les projets de jeunes constitués en associations ou non, qui souhaitent developer des projets Européens ou internationaux. Considérant que le service public devait s’adapter aux besoins des habitants et en particulier du public jeune, Il favorisera le developpement et l’ouverture des Espaces Jeunesse, qui sont des structures de proximité à des jeunes et moins jeunes d’un quartier, le samedi. Il fera de la place des filles dans ces espaces sa priorité en féminisant les recrutements et en impulsant des projets à leur destination.

Devenu l’un des maillons fort du dispositif municipal par la force de son travail de terrain et sa proximité légendaire , Didier PAILLARD alors conseiller général, fera le choix de la jeunesse et du renouvellement en lui proposant de reprendre le témoin. Cette marque de confiance et d’ouverture, seront conclusives et Bally BAGAYOKO sera une fois de plus être à la hauteur des enjeux.

En 2008, il est élu conseiller général et succède ainsi à Didier Paillard, actuel Maire de Saint-Denis. Des son élection, il ne perd pas un instant de s’imposer comme un leader. Il pèsera de tout son poids pour obtenir un groupe politique unique avec les communistes, les non-communistes et les sans parti politique. Rapidement reconnu de ses pairs, Il est nommé Vice-président à la modernisation du service public et aux technologies de l’information et de la communication, domaine qu’il connaît très bien, sous la présidence de Claude BARTOLONE, avant que ce dernier ne soit appelé aux fonctions de président de l’assemblée Nationale.

Réélu lors des élections cantonales de 2011, il est à cette époque promut Vice-président à l’enfance à la famille et à l’aménagement numérique. Une des délégations majeures qu’il occupera sous la présidence de Stephane TROUSSELLE actuelle président du conseil départemental de la Seine Saint-Denis. Cette homme de conviction n’a pas hésité à voter contre le budget présenté par le president socialiste, considérant que le projet budgétaire n’était pas à la hauteur des besoins et des engagements attendus par la population, car marque par le sceau de l’austerite. Il sera au sein de son groupe politique, l’un des remparts aux politiques anti-sociales et anti-populaires que les présidences successives Socialiste, ont mis en œuvre depuis 2008 :

  • – suppression de la carte Imagine,R
  • – suppression de l’aide à l’acquisition d’un ordinateur pour les collégiens de 6eme
  • – augmentation de la carte Améthyste pour les seniors
  • – privatisation de la construction des équipements publics (collèges, Gymnases)

Sur ces différents dossiers comme sur d’autres sa position n’a jamais faibli même devant le désaccord de certains de ses amis et adversaires politiques.

Lors de ce mandat, il a impulsé la création de plus de 4700 places en crèches collectives et engagera la Seine Saint Denis dans un nouveau plan de plus 20 millions d’euros. Il permettra le développement du numérique et du très haut débit au sein des collèges de Seine Saint-Denis, avec notamment une dotation de plus de 8000 postes de travail (ordinateurs fixes et portables, tablettes) dans les établissements du département, refonte du système informatique du département, création du premier schéma directeur départemental de l’aménagement numérique. En tant que Vice-président à l’amenagement numérique, il portera la création d’un réseau d’initiative publique pour le compte des départements de la Seine Saint Denis et du Val D’oise, visant à obtenir les meilleurs prix et services pour les habitants.

Il présidait, le centre départemental Enfances Familles et impulse de nouvelle manière de prise en compte des besoins des enfants et des familles confiés par l’Aide Sociale, en particulier en lançant un plan de rénovation des foyers, le développement des séjours de rupture, la creation dune structure permettant de prendre en charge les jeunes en très grande difficultés, se mobilisera sans relâche auprès de l’Etat pour que les mineurs étrangers soient mieux pris en charge et que le département soit doté davantage de structures spécialisées pour prendre en compte les différents niveaux de handicap et de pathologies. Sous sa présidence de la commission départemental de la présence postale, il obtiendra le doublement de l’enveloppe financière au niveau de l’Etat et du Groupe La Poste, pour remettre en état l’ensemble des bureaux de Poste et développer des actions de médiation. Impulsera la création des maisons des parents à l’échelle du département et en particulier sur la ville de Saint-Denis, soutiendra la création de l’unité pre-natalité au sein de l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis.

Ses actions résolument engagées au service des habitants de son département et de sa ville, ont été reconnues par la délivrance de deux distinctions particulières :

  1. 1. Departement Ami des enfants remis par l’UNICEF pour saluer l’implication particulièrement significatif dans le domaine de la politique de protection de l’enfance,
  2. 2. Le trophée de l’innovation et de l’insertion, attribué par SFR pour saluer le travail exemplaire dans le domaine de l’amenagement numerique et de l’emploi.

A l’issue des élections municipales de 2014, la liste présentée par Didier Paillard remporte à nouveau les élections municipales et ce dernier lui confiera la délégation de l’emploi, de la formation, de l’insertion et du sport et des grands événements, en particulier avec l’Euro 2016 et les JO 2024. Une autre délégation majeure lorsque que l’on sait que la ville des Rois est aussi la ville des grands événements nationaux avec le Stade de France, mais aussi le territoire où le vent du chômage, malgré l’arrivée de grandes entreprises, ne cesse de souffler. C’est un beau challenge qui ne manquera pas de relever…..

C’est à cette période et après la vague d’espoir inspirée par les présidentielles de 2012 qui fera le choix de rejoindre le Front de Gauche et en particulier au sein de Ensemble ( Mouvement pour une alternative de Gauche Écologistes et Solidaires) , considérant qu’il était temps pour lui de vivre une première expérience au sein d’un parti. « Mon choix a été motivé par ma volonté de chercher à transformer la conception de la politique : pour qu’elle fasse la part belle à la citoyenneté, pour relier les luttes de résistance, d’alternative et la construction d’un projet, pour une action autant que possible débarrassée des conceptions traditionnelles de la politique ».

« Ensemble ! ne prétend pas avoir seul la réponse aux questions qui se posent dans la société, ni trouvé la bonne formule. Mais le mouvement a au moins compris qu’un changement de paradigme démocratique est nécessaire à la réinvention de la politique. Et que c’est cela qui peut réconcilier une vision de court, de moyen termes, et une vision de long terme, apte à prendre en compte les transformations à l’œuvre dans la société. Ainsi, l’accès généralisé à une éducation de haut niveau et la montée des aspirations à maîtriser sa vie, ou à trouver un équilibre entre épanouissement personnel et vie en société, obligent désormais à concevoir autrement l’action politique ».

image

« Nous sommes convaincus que c’est de la confrontation et du métissage des parcours et des cultures politiques que peut se créer du nouveau en politique, et qu’une logique de dépassement et de convergence de forces aux traditions politiques différentes est nécessaire pour favoriser l’émergence d’un mouvement transformateur et d’assumer l’ambition d’ « avancer dans la voie du rassemblement d’un front politique, social et populaire, à même d’assumer la confrontation avec les classes dominantes, et de construire un rassemblement majoritaire pour une alternative de gauche ».

Le re découpage de complaisance des cantons à l’initiative du gouvernement socialiste, va l’amener à prendre ses responsabilités en acceptant de quitter son canton NORD acquit pour le canton SUD plus difficile. Mais rien ne fait peur à ce compétiteur né. C’est un choix courageux qu’il a entièrement assumé car pour lui la politique ce n’est pas uniquement conserver son poste c’est aussi et surtout défendre des idées. Après une campagne très relevée et intense, le couple Florence Haye et Bally BAGAYOKO candidats du Front de Gauche, sortiront second au premier tour avec – 1 point d’écart derrière, le couple socialiste. Alors que les reports de voix leur étaient favorables, un accord PS et PCF au niveau départemental, va empêcher la poursuite de l’aventure au conseil départemental et contraindre la candidate communiste de se désister, faisons tomber de fait le binôme.

Comme il a coutume de le dire  » on nous a empêcher de gagner » pour maintenir le Departement de la Seine Saint Denis a gauche », mais l’histoire nous donnera la vraie raison?  » Tous ceux qui me connaisse savent que jamais, je n’aurais mis un genoux au sol et que si les choses dépendaient de moi, alors il y aurait non seulement eu un second tour, mais la victoire en récompense, pour tous les habitants qui nous ont soutenu ».  » je suis issu du mouvement sportif, lorsque l’on change la règle du jeu en cours de jeu, cela s’appelle de la triche, non ?.

Mais je m’incline devant cette absence de choix démocratique, pour les habitants et regarde l’horizon, plus que jamais déterminé ». La loyauté pour moi n’a jamais été synonyme d’aveuglement. J’ai vu, entendu et tiré les leçons de cette épisode, mais surtout compris l’essentiel : il peut y avoir convergence devant un intérêt commun et devant certaine peur. Dans cette convergence tout est alors permis. Je pense. »

image

Comme il l’avait promis, cette épisode singulière de son parcours politique était déjà derrière lui et dès le lendemain des élections, il était à nouveau d’attaque sur tous les fronts pour les habitants de sa ville alors que certains le donnaient déjà mort. « C’est très mal me connaître ». Finalement beaucoup parlent de moi et peu me connaisse ». L’histoire des Hommes est un duel permanent entre le courage et le renoncement. J’ai fait mon choix en entrant en politique, que le renoncement ne sera jamais, un de mes attributs. Que dieu m’en préserve ». Avait-il coutume de dire.

Marié et père de quatre enfants, Bally Bagayoko est cadre à la RATP.

« La politique n’a jamais été pour moi un emploi. Mais de l’engagement citoyen renforcé au service de la chose publique. J’ai fait le choix de garder une activité professionnelle, parfois à minima car je préfère être maître de mon destin. Car la vie politique n’est pas éternelle, et je serai seul en face de mes responsabilités de famille, malgré les soutiens nombreux qui ne manqueront pas de venir lorsque la fin arrivera. Car nous avons un début et une fin et cela est un processus éternel, une évidence imparable et aucun humain n’y pourra rien. Je sais d’où je viens et je sais ou je finirai, alors il faut être prévoyant et sanctuariser l’essentiel : la famille. » Car la famille sera l’unique présence qu’en le royaume de la politique se fermera ».

« En attendant place à l’action permanente » et rendez-vous avec mon ami de route qui ne me quitte jamais dénommé : l’évidence ».

Deux citations le caractérise :

« Dans ma culture d’origine, il faut tout un village pour élever un enfant. Je suis le fruit de cela. »

« L’honneur appartient à ceux qui jamais ne s’éloignent de la vérité, même dans l’obscurité et la difficulté, ceux qui essaient toujours et qui ne se laissent pas décourager par les insultes, l’humiliation ou même la défaite » Nelson Mandela.

image

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *