ADAMA BATHILY UN GRAND COMÉDIEN EN DEVENIR, QUI A DE L’AVENIR DANS LE MONDE DU CINÉMA… JE LUI SOUHAITE UNE PLEINE RÉUSSITE…

ADAMA BATHILY UN GRAND COMÉDIEN EN DEVENIR, QUI A DE L’AVENIR DANS LE MONDE DU CINÉMA… JE LUI SOUHAITE UNE PLEINE RÉUSSITE…

Adama Bathily

Premiers pas dans le cinéma Le jeune comédien est actuellement à l’affiche de « Nous trois ou rien » de Kheiron. Il espère bien que son rôle dans ce film remarqué lui ouvrira d’autres portes.

C’est son premier vrai rôle. À l’écran, il incarne Mamadou, l’un des jeunes d’une cité de Pierrefitte dans le beau film de Kheiron, Nous trois ou rien, sorti le 4 novembre. Sept jours de tournage, un personnage à interpréter, des répliques à lancer, Adama Bathily n’est pas peu fier de cette aventure. Mais celle-ci n’est pas arrivée par hasard. Il se présente comme un pur Dionysien, « né à Delafontaine ! ». Il y a toujours vécu, y vit toujours et entend bien y rester. « C’est ma ville, je la kiffe trop », lance-t-il. Cependant, son parcours fut loin d’être semé de pétales de roses. Né au sein d’une famille de cinq enfants, dont le père ouvrier chez Citroën et accidenté du travail périt lorsqu’il avait 8 ans dans l’incendie de l’appartement familial à Sémard, Adama n’a pas eu une enfance facile. C’est à Pleyel qu’il se reconstruit. Sa scolarité, à Anatole-France, Iqbal-Masih, Suger, n’est pas brillante. « Je me demandais ce que je faisais là », se souvient-il.

maxresdefault

Petit, il voulait devenir chauffeur de bus, puis éducateur. Il fait du sport aussi, du rugby, de la boxe. Et rencontre beaucoup de monde. Comme Rachid Santaki, qui lui fera tourner une vidéo tirée de son livre Les Anges s’habillent en caillera. Une révélation pour Adama. C’était en 2010 et il a aimé cette expérience. « Je me suis dit : pourquoi pas ? » Il en parle à sa conseillère d’orientation à la Mission locale pour l’emploi qui le dirige vers un professeur de théâtre, Laurent Carouana, de la compagnie de la Mie de pain. « Il m’a fait énormément travailler. Ensuite, j’ai décroché des figurations, des silhouettes, puis des silhouettes parlantes. Après, tout est allé très vite », raconte-t-il.

« À la projection du Gaumont de Saint-Denis, j’avais amené ma mère. Elle était tellement fière ! »

De contacts en contacts, de rencontres en rencontres, il finit par passer des castings pour le film de Kheiron, et il est pris pour le rôle de Mamadou. « C’est une histoire fantastique. Il y avait une très bonne entente entre toute l’équipe et Kheiron a formidablement su diriger tout cela. » Depuis la rentrée, Adama participe à beaucoup d’avant-premières, « surtout celles qui se déroulent en banlieue », sourit-il. « À celle du Gaumont de Saint-Denis, le 30 octobre, il y avait tous mes amis, ceux qui m’ont aidé, conseillé durant toutes ces années, qui m’ont aidé à rester droit et m’ont permis de faire la part des choses. Et j’avais amené ma mère. Elle était tellement fière ! Ma famille est toujours restée soudée, malgré les épreuves… »

Aujourd’hui, Adama est actuellement animateur auprès d’enfants de 6 à 12 ans, à Gennevilliers. Il participe aussi aux activités de l’association caritative Saint-Denis Positif. « Nous voulons être derrière les jeunes dionysiens, les aider. » Mais il n’a qu’une envie : poursuivre cette belle histoire, dans la voie du cinéma. Il espère bien que son rôle dans Nous trois ou rien lui ouvrira d’autres portes. « J’ai passé plusieurs castings, confie-t-il. On verra bien… J’ai 23 ans, ce n’est que le début ! », s’écrie-t-il, un immense sourire aux lèvres.

Benoît Lagarrigue

plus d’information : ADAMA BATHILY EN AVANT

 

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X