Maires, Conseillers départementaux, adjoints, nous avons été surpris d’apprendre ce matin dans le Parisien un projet d’aménagement de la plaine Marville n’ayant fait l’objet d’aucune discussion préalable.

Depuis des mois les échanges se multiplient autour du parc départemental Georges Valbon et de la plaine Marville. La première restitution de la grande enquête du Conseil départementale avait d’ailleurs eu lieu dans le gymnase sans qu’aucun projet n’y soit avancé.

Quel est donc l’utilité de cette méthode ?

Depuis des années Plaine-Commune construit, en commun, une concertation poussée avec les habitants pour leur permettre de s’approprier les projets d’aménagement qui les concernent. Les jeux olympiques, les gares du Grand Paris, dont une importante doit voir le jour aux 6 routes à la Courneuve, sont des atouts pour l’attractivité de nos territoires. Il nous revient de les valoriser au service des populations et d’un projet partagé.

Sans débat, sans aucune concertation des élus, des usagers ou de la population, Matthieu Hanotin annonce par voix de presse sa volonté de voir ériger le centre de formation et d’entrainement du Red Star. Un projet qu’il chiffre lui-même à 10 millions d’euros et pour lequel il propose immédiatement des partenariats public-privés.

Sans rejeter le principe de cette installation, il parait irresponsable que des projets aussi structurant soient portés comme des aventures personnelles en dehors de tous les cadres existant. La question des usages, du financement, de la privatisation d’espaces aujourd’hui utilisés par de nombreux habitants et associations doit s’accompagner d’un véritable échange.

Il y a quelques semaines le personnel était en grève pour dénoncer l’abandon progressifs des activités du parc des sports à commencer par le gymnase et le Stand de tir qui réunissait pas moins de 600 pratiquants dont les policiers des commissariats du département.

Les usagers de la piscine Marville n’ont bénéficié d’aucune sorte d’information, en attendant ils ne peuvent que regretter son accessibilité limitée.

Le gymnase du Collège Lurçat géré par le SIPS pose également de nombreux problèmes. Mal construit, des défauts de structure le rendent inutilisable par forte pluie, il se dégrade extrêmement vite. Le personnel est par ailleurs trop peu nombreux pour en assurer le fonctionnement.

Les coups de communication ne font pas une politique d’aménagement et bien conscient des enjeux nous savons que la précipitation et le manque de travail en commun sont les ennemis des projets durables et réussis. Nous demandons que des éléments précis nous soient fournis par le SIPS et qu’un débat s’engage avec les collectivités concernés et les usagers de la plaine Marville.

Azzedine TAIBI, Maire de Stains, Conseiller Départemental de Seine Saint-Denis

Silvia CAPANEMA, Vice-Présidente Conseil Départemental de Seine Saint Denis

Didier PAILLARD, Maire de Saint-Denis et Vice-Président de Plaine Commune

Patrick BRAOUEZEC, Président de Plaine commune et Vice-président de la métropole du Grand Paris

Gilles POUX, Maire de la Courneuve et Vice-président de Plaine Commune

Julien COLAS, Maire Adjoint de quartier

Bally BAGAYOKO, Maire Adjoint délégué à la politique sportive et aux grands évènements