AZZEDINE TAIBI : “Soutenir Marwan Barghouti, c’est soutenir la paix et la justice ! Comme pour Nelson Mandela, c’est l’Histoire qui nous jugera !”…..

AZZEDINE TAIBI : “Soutenir Marwan Barghouti, c’est soutenir la paix et la justice ! Comme pour Nelson Mandela, c’est l’Histoire qui nous jugera !”…..

DISCOURS DE MON AMI AZZEDINE TAIBI SUITE A L’AUDIENCE DU 14 JUIN 2016AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL

Soutenir Marwan Barghouti, c’est soutenir la paix et la justice !
Comme pour Nelson Mandela, c’est l’Histoire qui nous jugera !

 

Cher(e)s ami(e)s,

Merci à vous d’être venus si nombreux soutenir la municipalité de Stains, les stanoises et les stanois dans leur volonté de développer ici et ailleurs les valeurs qui nous sont chères, celle de la fraternité, celle de la solidarité celle de la justice.
Aux pressions incessantes, aux amalgames honteux, nous rappellerons toujours avec dignité l’un des fondements premier de la Charte des Nations Unies, celui qui guide les femmes et les hommes de paix et de progrès, l’autodétermination des peuples ! Face à la force, nous répondrons par le droit international !

Vous le savez, l’audience du 21 mars dernier nous ordonnait de retirer du fronton de la Mairie la banderole de soutien à Marwan Barghouti, le Mandela Palestinien, apposée depuis 2009.
Le Préfet avançait trois arguments : l’absence d’intérêt local, le non respect de la neutralité du service public, et enfin le risque de trouble à l’ordre public.

A l’absence d’intérêt local, nous répondons la nécessité de promouvoir les droits humains, comme vecteur d’émancipation et de progrès. Ce principe concerne chaque citoyen et il n’est pas fondé sur la nationalité des victimes !( Ans Sung Zu Ki, Nelson Mandela…) Tout comme les principes de dignité et de justice qui animent notre ville de Stains, contre la baisse des dotations, pour le droit fondamental au logement, à l’éducation, à la santé, nous affirmons que la défense des droits fondamentaux n’a pas de frontière, le droit à la dignité concerne tous les peuples et implique chaque citoyen !

Au principe de non-respect de la neutralité du service public, nous répondons le principe du droit à l’engagement solidaire ! On ne saurait faire respecter la neutralité sans dénoncer les injustices et les perpétuelles violations du droit international. Il n’existe pas de contradiction avec les positions de la diplomatie française portée à l’époque par Bernard Kouchner, Ministre de Nicolas Sarkozy et ce que nous venons défendre aujourd’hui !

Au principe de trouble à l’ordre public, nous réaffirmons que depuis 2009, la banderole n’a jamais provoqué le moindre désordre. Vous le savez, mes cher(e)s ami(e)s, ce sont les inégalités sociales, les injustices de toutes sortes, l’indifférence, et le mépris du droit qui sont sources de troubles et de déstabilisation !

Certainement le savez-vous, en plus de ces audiences au Tribunal, il m’a fallu répondre devant la police d’une plainte du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) pour soupçon « d’apologie publique d’un acte terroriste » ! Le premier magistrat de la ville de Stains, poursuivi pour les valeurs humanistes et pacifistes que porte avec lui les stanoises et les stanois…est-il utile de rappeler que certains ministres ne sont même pas inquiétés lorsqu’il s’agit évasion fiscale !!! Le conseil municipal de Stains, le 25 mai au soir, a exprimé son indignation face à la plainte déposée à mon encontre.

De même que dénoncer l’apartheid n’était pas du racisme anti-afrikaner, la critique du gouvernement d’extrême droite israélien, qui rappelons-le, mène une politique coloniale barbare, n’est pas de l’antisémitisme !

La critique d’un Etat, éternel dissident international, déstabilisateur de l’ordre mondial, méprisant et défiant de très nombreuses résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU et des conventions de Genève, est non seulement un devoir moral mais c’est également un devoir public et civique!

L’ONU qui s’est prononcée depuis 1967 pour la création d’un Etat palestinien saurait-elle être taxée de TERRORISTE ?

Et toutes ces personnalités du monde entier, dont de nombreux prix Nobel pour la paix sauraient-elles être taxées de terroristes parce qu’elles font campagne pour la libération du prisonnier politique et résistant Marwan Barghouti ?

2000

  • 8 prix Nobel, dont Jimmy Carter et Desmond Tutu, de prestigieuses personnalités parmi lesquelles le regretté Stéphane Hessel, Michel Rocard, Jack Ralite, Christian Sautter, Guy Bedos, Rony Brauman, Gisèle Halimi, Eva Joly, ou encore Pierre Tartakowski, alors président de la Ligue des droits de l’Homme et Jean Ziegler, membre du Comité consultatif du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies.
  • trois résolutions des parlementaires européens ont demandé la libération des députés palestiniens emprisonnés, au premier rang desquels Marwan Barghouti. Une résolution adoptée à la fois par les gauches européennes, mais également la droite (PPE).

La campagne de dénigrement du BNVCA à l’encontre de la ville de Stains, contre les stanoises et les stanois, contre moi-même a abouti à un dossier classé sans suite ! C’est parce que nous resterons fermement fidèles aux valeurs de justice, de solidarité et de fraternité, que les obscurantismes échoueront !

Mes che(s) ami(e)s, comme pour Nelson Mandela, l’histoire sera juge, et nous serons alors fièr(e)s, à notre échelle, d’avoir œuvré à faire triompher la dignité, le respect des règles internationales, et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Nelson Mandela soutenait « nous savons parfaitement que notre liberté est incomplète sans la liberté des palestiniens », et cette liberté doit commencer par la libération d’un prisonnier politique, appelé à devenir Président de son pays.

Mandela-Barghouti

Je sais, nous savons pouvoir compter sur notre détermination collective et notre résistance, pour poursuivre le combat de la défense des valeurs universelles qui nous animent tous !

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X