COMMUNIQUE DU GROUPE REVE SUR LE CTM SAINT DENIS

 

Aujourd’hui mardi 14 mars, le conflit opposant la municipalité aux  agents du CTM prend fin. Il aura fallu 34 jours de grève dont 8 jours de grève de la faim pour  trouver une issue. Nous saluons cette volonté, le protocole d’accord entre les agents et la municipalité qui acte la fin du conflit prévoit justement que les agents et leurs représentants soient étroitement associés aux suites à donner en matière de réorganisation du service. C’est un gage de réussite et de résolution des dysfonctionnements constatés y compris par les agents. C’est aussi une nouvelle étape de reconquête de leur  dignité, par les agents injustement salis par ces faits divers graves.

Cette dignité a en effet été blessée par l’arrestation dans l’enceinte   du CTM d’un trafiquant de drogue. Cette dignité a aussi été blessée par un projet de restructuration,   sans doute nécessaire, mais qui ne pouvait, dans ces circonstances,   être perçu que comme un amalgame injuste. Cette dignité a été blessée enfin, par des commentaires   contradictoires, mal informés et malveillants qui ont pu amalgamer crise du service public, offensive idéologique contre celui-ci et ses agents même s’ils ont pu s’appuyer sur des dysfonctionnement réels.

Cette crise est le produit d’une offensive continue qui vise à  discréditer l’idée même de service public, de bien commun, notamment en   salissant celles et ceux qui y travaillent. À Saint-Denis quelque chose nous rassemble : la volonté de résister à   cette offensive, de défendre et de conforter le service public local.

Habitant-e-s qui savons que le service public est notre bouclier social   face aux salaires, indemnités et pensions indignes que nous imposent   ceux qui vivent de leur dividendes boursiers. Agents municipaux qui savons que travailler pour le bien commun c’est  donner du sens, tous les jours, en dépit des difficultés, à notre   activité professionnelle. Élu-e-s qui se tiennent résolument, quelles que soient les difficultés à coté de celles et ceux qui ne vivent que de leur travail qu’ils soient  salariés du public ou du privé.

Si une issue a été trouvée au conflit du CTM, il n’en demeure pas moins  que nous devons rester tou-te-s  vigilant-e-s pour la suite.

Parce que ce conflit a aussi été trop long pour les habitant-e-s, le marché et les services dont   le quotidien a été compliqué par les inévitables retombées que génère  tout conflit social. Il y a donc une responsabilité partagée pour ré-inventer un dialogue  social véritable prenant la mesure d’un contexte marqué par les  politiques nationales d’austérité.

À Saint-Denis nous savons que la volonté de résister et d’imaginer   d’autres voies pour contrer ces politiques nationales est largement  partagée. Reste à construire ensemble les modalités pratiques d’application de   cette volonté. Les difficultés pour y parvenir ne doivent pas être  sous-estimés, mais là où il y a une volonté, n’y a-t-il pas un chemin ?

Pour leur part, les élu-e-s du groupe Rouge Et Vert, seront  particulièrement attentifs à ce que nos politiques publiques soient guidées par ces valeurs et que les agents et leurs représentants  syndicaux soient systématiquement associés aux reconfigurations  envisagées.

Cette méthode répond à des enjeux majeurs et très concrets. Le service public municipal a besoin de l’intelligence et de  l’expérience de terrain de celles et ceux qui le mettent en œuvre. La confiance et le partage d’objectifs est la clef de l’efficacité au  service de la population. Cela implique que les bonnes conditions de travail des agents ne  sauraient être vues comme un “poids” mais bien comme une condition de  réalisation du service public, y compris dans le souci de bonne utilisation des deniers publics. Cela implique que les personnels qui fabriquent nos “biens communs”,  ne seront jamais, considérés comme une  variable d’ajustement budgétaire.

Ainsi, et nous saluons cette volonté, le protocole d’accord entre les  agents du CTM et la municipalité qui acte la fin du conflit prévoit  justement que les agents et leurs représentants soient étroitement   associés aux suites à donner en matière de réorganisation du service. C’est un gage de réussite et de résolution des dysfonctionnements   unanimement constatés. C’est aussi une nouvelle étape de reconquête de la dignité des   agents et de meilleur fonctionnement du service public.

Les membres du Groupe RÊVE ( Rouge et Vert Ensemble Pour Saint-Denis)