Déclaration du groupe Rêve et Insoumis au sujet de la candidature de Laurent Russier.

 

Laurent Russier a décidé d’annoncer sa candidature à sa propre succession. à plus d’un an de la fin du mandat. C’est tôt.
Si nous ne pouvons croire que ce type de décision se prend seul, force est de constater que sa concertation n’a pas inclut l’ensemble des composantes de la majorité municipale. Il ne s’agit donc pas d’une candidature qui engage la majorité municipale mais le seul groupe PCF.

L’opposition PS, dont le chef de file, rappelons le, s’était exonéré de siéger au conseil municipal n’a pas manqué d’en tirer des conclusions alarmistes. Pour notre part, nous sommes convaincus que l’exécutif continuera à fonctionner au service des dionysien-ne-s jusqu’au terme du mandat, c’est là une question de responsabilité élémentaire. En tous cas, pour notre part, nous continuerons à travailler sur nos délégations avec un rigueur constante. Mais l’exécutif n’est pas la majorité et cette annonce intempestive et unilatérale du maire et de ses soutiens compliquera nécessairement les travaux de la majorité municipale.

Cette majorité est pluraliste. Ni plus ni moins, et conformément aux engagements de l’élection de 2014. Majorité pluraliste, cela signifie que certaines de ces décisions ne sont pas toujours partagées par l’ensemble de ces composantes. La belle affaire ! Cette pluralité est dynamique, parce que chacune de ses sensibilités est néanmoins dans la recherche de convergences au service des habitant-e-s de notre ville.

Cette pluralité démocratique explique que nous sommes simultanément attachés à nombre de belles réalisations et néanmoins très critiques sur d’autres. Cela est public. Nos positions sont exprimées régulièrement.
Car, pour ce qui nous concerne, et ce depuis le début du mandat, nous avons voulu nous astreindre à une démarche de transparence permanente. En cas de désaccord important et durable, après un travail de conviction et de débat, nous avons toujours rendu publiques nos positions. Pour une raison simple : notre loyauté première va à notre camp social, aux habitant-e-s.
Concilier les principes qui gouvernent notre action politique et la complexité de notre ville n’est pas toujours simple. Mais nous nous sommes toujours efforcé de tenir nos responsabilités sans céder au pur confort gestionnaire ou aux sirènes des idées toutes faites usinées dans les officines des éditocrates à la mode.

Si nous nous sommes opposés à la vidéosurveillance et au gâchis d’argent public qu’elle représente, nous avons contribué au maintien des jours de congés pour les agents de la ville, nous avons convaincu de la nécessité d’une tarification progressive pour le stationnement, sur bien d’autres points nous sommes simplement fiers du travail collectif accompli en dépit des mille bâtons dans les roues et autres peaux de bananes que les gouvernements successifs se sont acharnés à produire contre les communes populaires telle que la nôtre.

Faire ce que l’on dit, dire ce que l’on fait, c’est notre boussole, que l’annonce du maire ne modifiera en rien. Nous demeurerons au service de l’exécutif à chaque fois qu’il sera au service des dionysien-ne-s. Nous travaillons dans un exécutif municipal, pas dans une direction de campagne.

Un an c’est loin. D’autres urgences exigent de ne pas céder à la fébrilité.

Notre calendrier est encore chargé, en tant qu’élu-e-s mais aussi en tant que militant-e-s.
La priorité ce sont les luttes menées sur les ronds-points, dans les écoles, au travail contre un président des riches trop pressé de faire passer ses mesures anti-populaires quitte à nous les imposer à coup de flashball.
Se saisir des élections européennes pour stopper ce président champion de l’Europe des patrons comme de stopper l’Europe des nationalistes et des fascistes : voici la priorité politique.

Ensuite on verra. Une élection municipale a deux tours, et notre ville mérite un véritable rassemblement populaire.

Groupe RÊVE Insoumis Saint-Denis