EMPLOI D’AVENIR : STOP AU MORATOIRE”Ce temps de latence peut non seulement être préjudiciable, mais décrédibilise aussi la parole publique auprès des jeunes et des employeurs”. Bally BAGAYOKO

EMPLOI D’AVENIR : STOP AU MORATOIRE”Ce temps de latence peut non seulement être préjudiciable, mais décrédibilise aussi la parole publique auprès des jeunes et des employeurs”. Bally BAGAYOKO

Madame la Préfète,

Je me permets de vous alerter sur les conséquences du pilotage des contrats aidés en cette fin d’année 2016.

Suite à la parution de l’instruction du 24 octobre 2016, l’UNML (Union Nationale des Missions Locales) avait interpellé la Ministre du Travail et la DGEFP sur les difficultés importantes que cela allait engendrer pour les Missions Locales, dans le process de recrutement d’Emplois d’Avenir en cours et la relation de confiance à tisser avec les jeunes et les entreprises. Certes, ces démarches ont porté leurs fruits puisqu’un délai supplémentaire de 2 semaines a été accordé au réseau des Missions Locales pour finaliser les prescriptions en cours.

De plus, des informations ont, depuis, été transmises aux Préfets de Région indiquant que le projet de loi de finances pour 2017 prévoyait une reconduction d’une partie de l’enveloppe dédiée aux Emplois d’Avenir. Par conséquent, de nouvelles entrées dans le dispositif semblent envisageables dès janvier 2017.

Malgré ces éléments, deux questions substituent :

Très concrètement, comment gérer au mieux cette période de 2 mois jusqu’à la fin de l’année 2016 ?

  1. Vous avez été sollicitée par le Maire de Saint-Denis concernant le recrutement de 17 personnes en Emplois d’Avenir car le risque de démobilisation des jeunes repérés est fort.

La Mission Locale de Saint-Denis / Pierrefitte a également démarré un process de recrutement avec Plaine Commune Habitat qui risque d’être perturbé par ces nouveaux délais. Également Président de Plaine Commune – LE PLIE, cette association a accompagné les Services RH de l’EPT Plaine Commune dans le recrutement de 8 Emplois d’Avenir. Nous devons là-encore temporiser.

Ces 3 exemples illustrent que ce temps de latence peut non seulement être préjudiciable à certains recrutements, mais aussi décrédibilise la parole publique auprès des jeunes et des employeurs.

2. Sur le fond, comment travailler plus étroitement en lien avec l’ensemble des institutions qui mettent en œuvre les Politiques Publiques ?

Au moment de la présentation de la feuille de route Etat / Région, j’avais déjà eu l’occasion d’alerter le Préfet de Région ainsi que le Vice-Président de la Région Ile-de-France sur l’impérieuse nécessité de travailler main dans la main avec les Collectivités Locales (Territoires et Villes) et les acteurs locaux pour adapter au mieux ces Politiques Publiques à la réalité des Bassins d’Emploi.

Nous sommes un partenaire exigeant, certes, mais aussi particulièrement investi pour que les dispositifs d’insertion professionnelle soient, en termes d’ambition, de cohérence et d’efficacité, à la hauteur des enjeux, des difficultés et des richesses de notre territoire.

Veuillez recevoir, Madame la Préfète, l’expression de mes respectueuses salutations.

Bally BAGAYOKO

Président d’Objectif Emploi, de Plaine Commune le PLIE

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X