EMPLOI-FORMATION-INSERTION: OBJECTIF EMPLOI AU CŒUR DU TERRITOIRE…….

EMPLOI-FORMATION-INSERTION: OBJECTIF EMPLOI AU CŒUR DU TERRITOIRE…….

OBJECTIF EMPLOI FAIT SON BILAN 2015 AU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 JUIN DE SAINT-DENIS

Parler de l’année 2015 sans évoquer la tragédie qui a endeuillé notre pays le  13 novembre au soir, et les événements qui ont touché la ville de Saint-Denis avec l’intervention policière du 18 novembre, à deux pas de l’Antenne du Centre-Ville d’Objectif Emploi, me semblait difficile. Je sais à quel point tous les salariés d’Objectif Emploi, concernés par tout ce qui a trait à cette ville, ont été touchés, et ont été présents dans les jours qui ont suivi auprès de la population, elle-même déstabilisée par ces événements.

En même temps, je voudrais qu’on ne retienne pas que cela. Cette ville a tendance à n’être cantonnée, dans le regard de celles et ceux qui la connaissent le moins bien, à la page des faits divers. Là où celles et ceux qui la connaissent le mieux sont capables de la décrire dans toute sa richesse, son dynamisme, sa diversité et sa complexité.

Les premières missions locales ont vu le jour en 1982. Objectif emploi sera créée en 1992 par la volonté politique de l’équipe municipale pilotée par Patrick BRAOUEZEC puis de Didier PAILLARD.. pour un répondre à un objectif essentiel ; faire de objectif emploi un outil global pour relever le défi de l’emploi, de la formation et de l’insertion sur le territoire. Depuis cette création, objectif emploi ne s’est pas écartée de cet objectif. Le bilan qui est en débat ce soir en est la traduction….

Comme vous pourrez le constater les réponses apportées par les équipes sont riches et diverse, même s’il est parfois difficile de mettre en valeur tout le travail quotidien, mené au long cours auprès d’un si grand nombre de personnes. Chacun connait la complexité des questions d’emploi et d’insertion. Là où les rapports d’activité précédents faisaient état d’une forte croissance de l’activité, 2015 marque un relatif « tassement » de cette activité.

Mais en tant que Président, je voudrais mettre l’accent sur une autre dimension où les chiffres et l’organisation de l’activité gardent évidemment toutes leurs places, mais qui peut être appréhendée sous un angle plus institutionnel. Je veux parler des reconfigurations des politiques publiques en matière d’emploi et d‘insertion. Celles-ci déterminent à la fois le périmètre d’intervention, le contenu de nos activités, les partenaires ainsi que les interlocuteurs institutionnels et les financements auxquels nous pouvons prétendre.

Nous avions déjà évoqué ces reconfigurations institutionnelles importantes l’année dernière (baisse des dotations de l’Etat auprès des collectivités et « raréfaction » de l’argent public, réforme territoriale et arrivée du Grand Paris, redéfinition du périmètre d’intervention des Maisons de l’Emploi, nouvelle géographie prioritaire, nouvelle programmation européenne…). Elles ont continué en 2015. Avec des éléments qui sont parfois sources de questionnements : la mise en œuvre du Grand Paris, la loi NOTRe et ses conséquences sur le pilotage des questions d’emploi où les collectivités locales (Communes, intercommunalités) ont, me semble-t-il, été quelque peu oubliées, la future loi « Egalité et citoyenneté » qui propose, pour 2016, le pilotage des politiques Jeunesse aux Régions.

Tout cela m’amène à pointer 3 choses :

  • Toutes ces reconfigurations, aussi nécessaires soient-elles pour moderniser la mise en œuvre des politiques publiques, peuvent générer des formes d’instabilités par leur récurrence. Elles nécessiteront une adaptation de nos activités,
  • Ces évolutions institutionnelles peuvent également se matérialiser de la manière suivante : le fameux « penser global, agir local » qui sous-tend le fonctionnement d’Objectif Emploi (et plus généralement des Missions Locales et d’autres structures d’insertion) ne risque-t-il pas d’être remplacé par un « penser global, agir global » si les collectivités locales et les Conseils d’Administrations composés d’une multitudes de partenaires locaux sont quelque peu « mis de côté » par un pilotage plus global qui évaluera notre activité et notre performance selon des critères standardisés et non plus, à l’aune de spécificités et de besoins locaux ?
  • avec quel moyen financier sérieux, ces évolutions seront accompagnées,

Les années futures verront l’association s’engager plus fortement :

  • sur une territorialisation au plus près des habitants des territoires,
  • le développement des permanences dans les différents quartiers,
  • la généralisation de la garantie jeune,
  • une amélioration de la communication et de l’information,
  • un renforcement des liens avec es acteurs économiques du territoire
  • une inscription dans les grands projets à venir : JOP 2024, les projets de transport dans le cadre du Grand Paris Express, l’arrivée d’entreprises,..
  • la poursuite des différents évènements de promotion et de recrutement via les forums, les jobs dating, etc…
  • inscription dans le cadre des dispositifs des stages, de l’alternance et de la formation en partenariat avec la Région et l’État,…

Alors certes, le Président et Maire adjoint en charge des questions d’emploi et de la formation que je suis regardera et incitera les équipes à analyser les chiffres d’activités avec beaucoup d’attention pour bien nous assurer que les services que nous proposons correspondent bien aux attentes de nos habitants. Mais je serai également très présent sur le terrain institutionnel pour faire valoir la dimension locale de nos actions auprès de l’État, de la région, du département et de l’agglomération Plaine commune.

 

 

 

 

Bally BAGAYOKO,

Maire-Adjoint en charge de l’emploi, de la formation et de l’insertion

Président d’Objectif Emploi,

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X