EURO 2016 : Saint-Denis : des habitants mitigés pour l’ouverture de l’Euro par Par Rémi Brancato, France Bleu 107.1

EURO 2016 : Saint-Denis : des habitants mitigés pour l’ouverture de l’Euro par Par Rémi Brancato, France Bleu 107.1

La ville de Saint-Denis, meurtrie en 2015 par les attentats, sera au coeur de cet Euro 2016, avec 7 matchs, dont l’ouverture ce vendredi et la finale le 10 juillet. Les élus veulent en profiter pour changer l’image de la ville mais les habitants craignent de ne pas bénéficier des retombées.

Certains dionysiens attendent l’euro avec impatience, comme Valérie Demontis, agent de la ville, à la petite enfance, et volontaire de la présence accueillants : “on va travailler avec les collègues de la ville pour accueillir le public, leur indiquer la fan zone notamment“, explique-t-elle, “et c’est du travail très sympathique“. Elle se rappelle surtout l’ambiance lors de la finale de la coupe du monde 98, à saint-Denis : “on est monté sur des abribus pour faire la fête c’était un moment magique”.

Un moment que beaucoup de dionysiens aimeraient revivre aussi pour le retombées économiques, dans une ville où la situation de beaucoup est difficile. “Il y a des hotels qui vont fonctionner, des restaurants qui vont ouvrir” espère Noémia, une habitante. Son ami Stéphane lui, est beaucoup moins optimiste et il souligne la fracture entre la vieille ville au Nord et la Plaine Saint Denis, le quartier moderne, aux abords du Stade de France : “Saint-Denis ville médiévale a été abandonnée au service du Stade de France“.

Des commerçants sceptiques……

En tant que commerçant je n’attends pas grand chose” ajoute Valentino Beretta, gérant d’un magasin de jouet et de jeux de société dans la vieille ville sur la place face à la mairie et près de la Basilique. Il estime que les habitants ne profiteront pas des retombées économiques et que l’image de la ville est de toute façon trop souvent écornée dans les médias. “On parle de Saint-Denis pour critiquer cette ville comme si elle était islamisée, comme s’il ne se passait rien au niveau culturel et on ne peut pas résumer une ville de 100 000 habitants comme ça” dénonce-t-il.

Pourtant, l’Euro attire du monde. Depuis quelques jours, les abords du Stade de France grouillent de journalistes, étrangers notamment, venus chercher leurs accréditations. Mais là aussi, les commerçants font grise mine. Avenue Jules Rimet, devant le Stade, les restaurateurs se battent depuis des mois contre ce qu’ils appellent le “mur de la honte“, cette barrière installée par l’UEFA, officiellement pour des raisons de sécurité, autour du stade et qui réduit le nombre d’entrée dans l’enceinte, empêchant la circulation des spectateurs près des brasseries. Elle a été testée lors de la finale de la Coupe de France, avec de gros problèmes de sécurité, mais elle est maintenue, ce qui agace, Olivier Franc, gérant de la brasserie Le France : “on a pu voir que ce qui était mis en place fonctionnait particulièrement mal et on s’entête dans cette solution” déplore-t-il.

Une “solution dans la fête” après les attentats

Il craint aussi de perdre du chiffre d’affaires. Pour la finale de la coupe de France, sa recette avait baissé de 80%. Les élus de la Ville, à majorité communistes, ont tenté eux aussi de combattre cette barrière, finalement imposée par le préfet. Mais ils tentent malgré tout aujourd’hui de rester optimiste et de défendre l’intérêt de l’Euro. Chaque fois qu’on pourra prendre un euro dans la poche du grand capital ce sera un euro de bien pour les dionysiens” assure Bally Bagayoko l’adjoint aux sports, qui insiste surtout sur l’intérêt pour le moral des habitants, après une année 2015 difficile, marquée par les attentats.

La question du traumatisme qui les a frappé peut trouver en partie une solution dans la fête” assure-t-il. Et la fête à Saint-Denis, ce sera aussi la fan-zone, installée dans le parc de la Légion d’honneur, avec des retransmissions de match et une vingtaine d’artistes sur scène, comme Grand corps malade ou les musiciennes LEJ….

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X