Expulsés et migrants : “Elles exigent que les droits et la dignité de toutes les personnes soient respectées et particulièrement celui d’avoir un toit pour se protéger et protéger sa famille, mais aussi la liberté d’installation et de circulation, la régularisation des sans papiers, la fermeture de tous les lieux d’enfermement”

Expulsés et migrants : “Elles exigent que les droits et la dignité de toutes les personnes soient respectées et particulièrement celui d’avoir un toit pour se protéger et protéger sa famille, mais aussi la liberté d’installation et de circulation, la régularisation des sans papiers, la fermeture de tous les lieux d’enfermement”

Déclaration des associations de Saint-Denis, proposée au plus large soutien :

Au moment où le gouvernement prolonge de 6 mois l’état d’urgence, les organisations signataires constatent une multiplication des interventions policières pour démanteler les campements et les bidonvilles des personnes en grandes difficultés sociales sans que des solutions à la hauteur des besoins ne leurs soient proposées, particulièrement celui d’être hébergé.
Elles dénoncent les expulsions sauvages pratiquées par le Préfet de Seine Saint Denis, sans aucune mise à l’abri, des 83 habitants expulsés de leur immeuble du 168 avenue du président Wilson, mais aussi de nombreuses familles de la Plaine St Denis, et dernièrement du bidonville des Roms des Joncheroles.
Elles dénoncent le démantèlement, sur le terre plein de l’avenue du Président Wilson, des campements des migrants et des habitants expulsés du 168. Ces expulsions à répétition bafouent les droits humains élémentaires.
Elles dénoncent la situation d’accueil -plutôt de non accueil- des migrants en France et en région parisienne, qui aboutit à jeter dans une précarité plus grande des personnes ayant déjà subi et fui les guerres, les tortures, les famines et ce au mépris des lois françaises, des directives européennes, des conventions internationales et des droits fondamentaux qui y sont rattachés.
Elles dénoncent le traitement policier de ces situations par les traques, les rafles, les déplacements, les destructions de camps et de bidonvilles, les humiliations, les expulsions.
Elles exigent que les droits et la dignité de toutes les personnes soient respectées et particulièrement celui d’avoir un toit pour se protéger et protéger sa famille, mais aussi la liberté d’installation et de circulation, la régularisation des sans papiers, la fermeture de tous les lieux d’enfermement.
Les premiers signataires : 
Réseau Solidarité Logement, Droit Au Logement, Centre Social Autogéré ATTIEKE, M.R.A.P., Coordination 93 des Sans Papiers, Union Fraternelle de la Paix

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X