Les cavaliers de la honte, se mettent en marche depuis quelques jours, date de la fin de la trêve hivernale.  C’est le grand bal de la honte, de l’humiliation des hommes, femmes, enfants et familles qui commence. C’est aussi l’occasion de mettre un visage et un nom sur les bourreaux de la solidarité et de l’entraide. Parce que le droit à la dignité est un droit inaliénable de l’humain, je suis solidaire des mobilisations qui ont lieu depuis de nombreuses années sur la lutte contre les expulsions sans recherche d’hébergement. Je salue l’action de mon ami et collègue Azzedine TAIBI maire de Stains en particulier, qui a su mettre cette question essentielle au cœur des convergences des luttes collectives des élus, des citoyens et des associations des droits humains au niveau de la Seine Saint-Denis.

Je salue aussi la contribution des 11 maires des villes du département de la Seine-Saint-Denis entre autre, dont celui de ma ville de cœur Saint-Denis à cette bataille contre l’insupportable, matérialisée par une large mobilisation devant la préfecture de Seine Saint-Denis hier, afin de promouvoir la prise  d’arrêtés anti-expulsion d’un nouveau genre afin qu’ils ne soient pas possible de l’attaquer juridiquement. Cela devient de plus en plus difficile d’entendre dans le cadre de mes audiences, de mes échanges téléphoniques, mes rencontres, ou encore à travers les courriers adressés, ces appels au secours, à obtenir une chance, une dernière chance, implorer l’indulgence du bailleur public et ou privé, supplier les services préfectoraux afin d’éviter l’irréparable dans certains cas.

Ne pas pouvoir agir devant ce que l’on peut qualifier de rouleau compresseur. Car ces expulsions détruises des vies, des familles, des enfances, brisent notre lien aux  valeurs de la République comme Liberté, Egalité et Fraternité, tant elles restent dans l’univers de l’indignation et de l’inacceptable.  Dans bon nombre de situations l’expulsion n’a jamais été une solution durable. L’absence de recherche d’hébergement et l’envoie des populations à la rue ne sont pas des solutions acceptables et sont contraires aux principes de la déclaration universelle des droits de l’homme qu’un grand nombre d’Etats est signataire, dont la France. Ce dernier ne perd pas un instant de piétiner ces principes dès la nuit tombée. Depuis 2015, la trêve des expulsions locatives se termine à la même date dans toute la France, c’est-à-dire le 31 mars. A partir de cette date les procédures d’expulsion qui ont été suspendues durant l’hiver vont reprendre, dans l’indignation du peuple conscient et l’indifférence d’un Etat observateur, sinon complice.

C’est le début de la rencontre avec la peur, la souffrance, l’inquiétude, qui est désormais programmé. Quelle est cette société qui est de plus en plus riche, qui se glorifie de valeurs humanistes et qui agit comme un barbare de la première génération en jetant des familles, des hommes, femmes, e enfants à la rue ? Seule la situation sociale et économique est responsable de la situation de ces personnes. Il n’y a aucune volonté des uns et des autres de ne pas s’acquitter de leur loyer, sauf une situation sociale, économique, fragile qui les y contraint. Sur le chemin de la dignité, j’ai surtout rencontré  des habitants qui préfèrent ne pas avoir de quoi manger plutôt que de ne pas payer leur loyer et les charges. Je connais en majorité des locataires qui préfèrent se priver de loisirs, de vacances pour payer leur mensualité locative. Enfin, je connais majoritairement des citoyens qui payent d’abord leur loyer et ensuite tentent de survivre avec le reste de leur ressource, lorsqu’ils ont la chance d’avoir des ressources. C’est cela la grande majorité des réalités auxquelles nous devons faire face et non à la minorité qui triche avec le système.

Comment ne pas comprendre qu’une société qui génère année après année un niveau de précarité galopante, une augmentation sans précédent du taux de chômeurs, sans compter le développement des emplois courts et précaires, est vouée à l’échec ou au soulèvement légitime et populaire. Chaque année, plus de 150 000 ménages en France sont assignés en justice pour impayés de loyer, parfois leur nombre atteint 180 000 à 200 000. S’il est vrai que tous les assignés en justice ne sont pas expulsés, le nombre d’expulsion environ 15 000 par an, avec l’emploi de la force publique ne cesse d’augmenter sans minorer le nombre de locataires qui sous le coup de la menace de l’expulsion ou la pression du propriétaire,  partent d’eux même ? Ces ménages ne sont pas officiellement expulsés par la force, mais partent bien sous la contrainte. Les loyers ne cessent d’augmenter ainsi que les charges associées, conséquences complémentaires des difficultés auxquelles, sont confrontées les ménages.

Des solutions existent, ne pas avoir honte d’être en difficulté, ne pas s’isoler et accepter de se faire aider par les services sociaux des bailleurs, des villes. Une pensée pour toutes les personnes qui subissent cette dure réalité de la vie. Une pensée et des remerciements pour toutes les associations, les militants et les services municipaux qui au quotidien agissent pour restituer la dignité à ceux qui semblent l’avoir perdu.

Nous ne sommes pas condamnés à observer cette machine infernale de destruction de l’idéal humain, sans réagir et des solutions existent et il nous faut les obtenir dans une lutte collective et actuelle :

  • la construction massive de logements publics soit environ 250 000 par an,
  • interdire les expulsions  locatives sans relogement et les mises à la rue,
  • éradiquer le logement insalubre,
  • la maîtrise et la baisse des coûts de location,
  • obtenir que chaque expulsion réalisée par l’Etat soit conditionnée à la proposition d’un lieu d’hébergement décent et refuser les mises à la rue,
  • renforcer les dispositifs de prévention contre les impayés et empêcher les expulsions, en soutenant les initiatives des villes, des associations et des bailleurs,
  • un revenu décent pour chaque travailleur,
  • combattre la spéculation foncière, pour éviter l’envolée des prix

La période électorale peut-être une occasion de différencier les candidats à la présidence de de la République, sur leur capacité à proposer et s’engager sur ces quelques principes élémentaires

Bally BAGAYOKO