Guillaume VADOT : “A Saint-Denis comme partout la population devrait pouvoir compter sur une police qui protège et apaise” par Saint-Denis Insoumise

Guillaume VADOT : “A Saint-Denis comme partout la population devrait pouvoir compter sur une police qui protège et apaise” par Saint-Denis Insoumise

Communiqué de « Saint-Denis Insoumise »

saintdenis.jlm2017@gmail.com

https://www.facebook.com/2017JLM93200/

 

Le groupe dionysien de soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, “Saint-Denis Insoumise”, a pris connaissance avec une indignation extrême du témoignage, relayé d’abord sur les réseaux sociaux puis en conférence de presse, de l’universitaire Guillaume Vadot, résidant à Saint-Denis, quant aux faits de violence policière qu’il a d’abord voulu filmer, avant d’en être lui-même victime, le soir du jeudi 22 septembre aux abords de la gare de Saint-Denis.

Il s’agit d’abord d’une violence à l’évidence disproportionnée dans le cadre d’une opération de contrôle des titres de transport. Nous saluons le geste militant de ce Dionysien qui a pris le parti d’enregistrer ces faits. Bientôt soumis lui-même à un contrôle d’identité, les violences physiques et verbales dont il témoigne sont exécrables : menaces de mort, de viol, d’irruption au domicile, accompagnées de coups de taser et d’attouchements sexuels.

La volonté manifeste de détruire les preuves de ces faits, d’abord par le contrôle d’identité du témoin (le film apparaissant comme le motif unique de ce contrôle), puis par une intrusion dans son téléphone portable et par conséquent dans sa vie privée, nous conduisent à appuyer les propos de son avocat maître Slim Ben Achour : ”Le smartphone devient un élément essentiel de la preuve de la violence policière, puisque le gouvernement actuel, les plus hautes autorités, ont décidé de ne pas mettre en place le récépissé de contrôle […] Il ne s’agit pas d’un fait divers, il s’agit d’un système […] Il est temps que la police soit un vrai service public, au service de la population et non pas au service de l’État”.

A Saint-Denis comme partout la population devrait pouvoir compter sur une police qui protège et apaise et non se trouver confrontée à des comportements individuels et collectifs qui relèvent d’une force d’occupation. 

Aux menaces et aux insultes rapportées s’ajoutent des propos haineux à l’encontre des universitaires,”gauchistes” accusés dans une odieuse et aberrante assimilation de ”sucer Daesh”. Depuis près d’un an, à la suite de l’instauration de l’état d’urgence, les violences policières n’ont cessé de croître : les manifestants blessés lors  des mobilisations contre la loi Travail, leur présence musclée et renforcée à chacune des manifestations sociales, le décès toujours inexpliqué du jeune Adama en août dernier, renforcent la défiance à l’égard des forces de police et le sentiment d’une police à plusieurs vitesses. La situation à la gare de Saint-Denis ne déroge pas à la règle et met en lumière la façon dont notre territoire sert d’exutoire à certains policiers.

Le groupe ”Saint-Denis Insoumise” exprime sa solidarité avec la victime et avec les plaintes déposées au procureur de la République et au Défenseur des droits. Il demeurera attentif aux suites de cette affaire et aux violences policières qui pourraient se dérouler dans notre ville.

28 septembre 2016

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X