JOP 2024 POINT D’ÉTAPE……AVANT LA DÉCISION FINALE EN SEPTEMBRE 2017…..Bally BAGAYOKO

0
113

Le 23 juin 2015, la Ville de Paris s’est officiellement déclarée candidate à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024. La candidature de Paris a été transmise au Comité International Olympique (CIO) le 15 septembre. Après le retrait de Hambourg (Allemagne), les autres villes officiellement candidates sont Budapest (Hongrie), Rome (Italie) et Los Angeles (États-Unis d’Amérique).

L’association Ambition Olympique et Paralympique, présidée par Bernard Lapasset, a piloté le dossier de candidature. Elle s’est transformée en Groupement d’Intérêt Public le 13 décembre (GIP 2024), avec à sa tête deux coprésidents, Bernard Lapasset et Tony Estanguet.

Anticipant sur l’officialisation de la candidature de Paris, le conseil municipal de Saint-Denis, réuni le 9 avril 2015, avait approuvé à l’unanimité l’engagement de la ville de Saint-Denis en faveur de la candidature de Paris à l’organisation des Jeux Olympiques d’été de 2024 et le principe d’une mobilisation de soutien à la candidature de Paris pour l’organisation des JO de 2024. Un atelier de concertation a été organisé le 10 mai à l’Hôtel de ville avec les représentants des associations sportives de la ville, que j’ai eu le plaisir d’animer. Les associations sportives ont eu l’occasion de faire remonter l’espoir versé dans les jeux et la nécessité de prendre en compte certaine réalité ( transports, aides des associations sportives, action sur l’emploi, la formation, la préservation de l’environnement, la correction des nuisances et des fractures urbaines, etc……)

Nous ambitionnons de faire de la JOP 2024 un accélérateur de nos projets urbains :

 

1.D’abord avec l’accueil du Village Olympique et Paralympique…….

Le jeudi 5 novembre 2015, le Stade de France a été désigné comme stade olympique. De plus, le site Pleyel/Bords de Seine a été retenu parmi les trois sites proposés pour accueillir le village olympique. La candidature parisienne prévoit ainsi l’installation du village olympique dans le périmètre des communes de Saint-Denis, de Saint-Ouen et de L’Ile-Saint-Denis. Le Village des médias est, quant à lui, positionné sur l’Aire des vents du Bourget.

Le village olympique comprend notamment :

  • Une zone résidentielle d’environ 17 000 lits, comprenant notamment les hébergements, les restaurants, un espace polyclinique.
  • Une zone internationale comprenant différents services de proximité et de détente
  • Une zone opérationnelle, comprenant le centre de transport et le centre d’accueil

L’implantation du village olympique implique un héritage de 3000 à 3500 logements pour la commune d’accueil. L’ensemble des aménagements temporaires et des reconditionnements post-JOP sont pris en charge financièrement par le Comité d’Organisation des Jeux et Paralympiques.

Ce choix, qui associe deux sites au cœur de la banlieue nord, est en plein accord avec le souhait exprimé par la Ville de Paris d’une candidature qui prenne appui sur l’énergie d’un territoire jeune et dynamique, symbole d’une ville et d’une métropole monde. Ce choix met en valeur le site fluvial de la Seine aux limites de deux départements de la petite couronne et le plus important parc urbain de banlieue, le parc Georges Valbon. De plus elle permet d’organiser à proximité du Stade de France, le long de l’A1 et de la RD 30, un périmètre olympique, au nord de Paris, en lien direct avec l’aéroport CDC, cohérent, équilibré et relativement compact.

Cette implantation, qui met en valeur le site fluvial, constitue l’opportunité d’exiger un héritage territorial fort pour les habitants. Il comprend notamment :

  • l’enfouissement des lignes à haute-tension,
  • l’aménagement de murs anti-bruit le long de l’A86,
  • le réaménagement de l’échangeur de l’A86,
  • le financement de la passerelle « modes doux » d’accès à l’Île-Saint-Denis,
  • la valorisation du complexe sportif et de la Grande Nef de l’Île-des-Vannes,
  • le réaménagement des berges de Seine afin de favoriser les circulations douces.

2. Ensuite en accueillant des centres aquatiques……….

S’agissant de l’implantation de deux centres aquatiques, l’un serait positionné sur le parc de Marville et consacré au water-polo. Concernant l’implantation de la piscine olympique, 4 sites sont actuellement en cours d’étude sur le territoire de Plaine Commune :

  • Le site du Fort d’Aubervilliers
  • Le site Paul Lafargue à cheval sur Saint Denis et Aubervilliers
  • Le site ENGIE – Wilson à La Plaine Saint-Denis ( Saint-Denis)
  • Le site ARKON Maltournée (Saint-Denis)

Le choix définitif sera validé par le GIP 2024 lors de son prochain bureau, le 8 juin 2016.

Au-delà des opportunités en termes de développement urbain et d’aménagement, le regroupement de sites olympiques sur notre territoire doit avoir un impact positif sur :

  • la desserte en transports en commun et notamment le calendrier de réalisation du T8 Sud,
  • l’amélioration du cadre de vie,
  • l’emploi, la formation et l’innovation, que ce soit en phase chantier ou en retombées post-évènement,
  • des projets pour la jeunesse et l’éducation,
  • le développement d’équipements publics, à destination sportive,
  • la valorisation de l’image de la ville et de ses habitants,
  • l’opportunité de confier des marchés aux TPE et PME de nos territoires

La Ville de Paris et les collectivités du département de Seine-Saint-Denis ont engagé un travail commun autour de ces axes. Il fait l’objet d’une convention, qui sera signée le 23 juin prochain.

En cas de réussite de cette candidature, le territoire se trouvera considérablement modifié. L’héritage en termes d’équipements publics mais aussi de dynamique sociale devra se faire au bénéfice des habitants de saint-Denis, de Plaine Commune et de la Seine-Saint-Denis.

Le nom de la ville hôte sera connu en septembre 2017, après l’élection par les membres du CIO de la candidature retenue. Pour l’heure, Paris est en compétition avec Budapest, Hambourg, Los Angeles et Rome.