[#JOP2024 vu par Philippe Poutou. Je ne partage pas l’intégralité de son propos sur les JOP2024, mais le rejoins sur la nécessaire maîtrise de la finance et de la logique de financiarisation du sport et de sa marchandisation. Bally Bagayoko]

« Salut à toutes et tous,

Quel cirque auquel on assiste depuis 3 jours ! Rendons-nous compte, Paris et la France accueilleront les JO en 2024. On nous en met plein la tête, des heures de télés et de radio, des pages entières de journaux, des cérémonies, des conférences de presse … tout ça pour bien nous convaincre que c’est une très bonne nouvelle. Et voilà toute la clique habituelle de journalistes, de politiciens, du sport show-biz pour nous expliquer très fort que c’est que du bonheur. Et attention aux qui oseraient se démarquer de cette ambiance festive qui sont forcément des rabat-joie.

Nous vivons donc une nouvelle grosse séance d’enfumage. C’est l’esprit sacré des JO qu’on nous dit. Mais quelle blague. Le sport de haut niveau est envahi, dominé et pourri par l’argent, par la corruption, par la triche, par le chauvinisme, la concurrence, la compétition. Ouf. mais où est l’esprit tant vanté ? Oui on se moque de nous. Autour de 6 milliards d’euros pour l’organisation de ces jeux. Bizarre, il n’est plus question de crise, les caisses de l’Etat ne sont plus vides, on ne vivraient donc plus au dessus de nos moyens ? Quelle hypocrisie quand tous ces défenseurs des JO nous expliquent que la population et les pauvres profiteront des retombées des JO, parce qu’il y aura des emplois et des infrastructures comme piscine, logements … Alors qu’on sait et qu’ils savent bien qu’en réalité les vrais vainqueurs seront les multinationales, les financiers, les promoteurs, les profiteurs habituels.

Et que dire quand aujourd’hui on voit se trémousser ensemble les Sarkozy, Hollande et Macron ? Trois présidents en un, tous fiers des JO en bon serviteurs des capitalistes et surtout tous acteurs de l’explosion de la date publique, du chômage, de la pauvreté, du démantèlement des services publics (santé, éducation …) … Eux qui nous ont expliqué et qui nous expliquent encore (voire les ordonnances) qu’il faut se serrer la ceinture, qu’il faut réduire les dépenses publiques pendant que les fortunés continuent de s’enrichir.

Alors cette petite fête entre amis est vraiment indécente, écoeurante, comme tant de choses aujourd’hui. Mais ce n’est pas pour autant que nous serions des éternels mécontents. Car nous avons aussi nos moments de fête et de bonheur. Par exemple, la journée du 12 septembre qui a sonné l’heure de la remobilisation. Et vient celle du 21 puis d’autres dates derrière qui espérons le vont aider à construire un véritable mouvement social. Pour nous ce n’est pas l’esprit des JO mais plutôt l’esprit de la révolte et de la solidarité ».

Philippe Poutou