“Le défi est clair : seule la reconnaissance du droit à la ville pour tous, la ville du bien commun; seules des aires métropolitaines inclusives, polycentriques, coopérantes et solidaires sont les remparts face à la barbarie qui nous guette”..Patrick Braouezec

“Le défi est clair : seule la reconnaissance du droit à la ville pour tous, la ville du bien commun; seules des aires métropolitaines inclusives, polycentriques, coopérantes et solidaires sont les remparts face à la barbarie qui nous guette”..Patrick Braouezec

 

Déclaration de Patrick Braouezec à l’Assemblée mondiale des villes et autorités locales lors du sommet des Nations Unies Habitat III à Quito le 17 octobre 2016

 

Merci au maire de Quito pour son accueil et à tous ceux qui ont contribué au travail qui nous réunit aujourd’hui.

Métropoles solidaires, inclusion sociale, égalité des genres, participation citoyenne, “droit à la ville”… Nous élus locaux, aspirons à faire de nos territoires des espaces d’épanouissement individuel et collectif, des lieux urbains et humains qui contribuent à faire reculer les inégalités sociales et territoriales et à promouvoir un autre type de développement respectueux de l’environnement.

Il ne peut y avoir d’autres priorités à nos politiques que le bien être, le bien vivre de tous les habitants sans exclusive quelle que soit leur origine, leur situation économique ou administrative, quel que soit leur âge.

En ces temps où les inégalités, les ségrégations, les guerres et les exodes progressent, où 1% de la population possède autant que la moitié de la population de la planète, où l’avenir de celle-ci est compromis, où les logiques de marchandisation et de compétitivité investissent les espaces publics, les services urbains, le logement, l’éducation ou la culture ; il est nécessaire d’agir.

La ville, ce sont des femmes, des hommes, des jeunes avec leurs joies, leurs souffrances, leurs aspirations, leurs rêves. Ils constituent notre seul capital.

Pour répondre aux aspirations de ces femmes, ces hommes et ces jeunes, il est nécessaire d’amplifier la décentralisation, de transformer la démocratie et de favoriser l’intervention citoyenne dans tous les domaines. Le monde économique et la recherche universitaire doivent y être associés pour une autre répartition des richesses, pour transformer les standards de l’économie et de la finance, pour un réinvestissement dans l’économie locale et pour donner aux pouvoirs locaux les moyens d’agir.

Le défi est clair : seule la reconnaissance du droit à la ville pour tous, la ville du bien commun; seules des aires métropolitaines inclusives, polycentriques, coopérantes et solidaires sont les remparts face à la barbarie qui nous guette.

En 2036 il sera trop tard.

C’est par l’action conjuguée des États nations et de l’ONU, des pouvoirs locaux et CGLU et celle des citoyennes et citoyens et de leurs organisations que nous pourrons relever ce défi. A nous de jouer ou plutôt à nous d’agir !

Patrick BRAOUEZEC

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X