DÉCLARATION

[#Législatives 2017 : La première ligne que constitue La France Insoumise et ses alliés, met en échec les tirs d’assaut de la République En Marche, sur les murailles du 9.3 !]

Au soir des résultats des élections législatives, il est incontestable que le son de l’abstention massive a retenti partout en France et la Seine-Saint-Denis n’a pas été épargnée, avec un taux de participation de 35%. Une réalité douloureuse pour la démocratie tant l’écart profond persiste entre la vie des gens et la traduction en actes par les politiques de mesures concrètes et durables au lieu d’opérations de communication et de marketing. Elle nécessite la remise à plat de notre contrat social commun en mettant au centre le peuple, par la construction d’une 6eme République, car la 5ème n’a été que trahisons, douleurs et relégation pour bon nombre de nos concitoyen-nes.

Incontestablement, la France Insoumise a été un point d’appui majeur dans l’atteinte de cette victoire en Seine-Saint-Denis avec l’élection de 7 députés-es Insoumis-es. Je me réjouis du résultat obtenu, même si je persiste à considérer que par l’union nous aurions pu obtenir davantage pour défendre les intérêts des habitant-es de nos territoires. Une satisfaction, sans oublier que sur le plan national l’assemblée nationale nouvelle génération souffrira des mêmes écueils que les anciennes avec une diversité approximative, qui se nomme « Désiré ». Tout comme, je me réjouis d’avoir contribué avec mes amis de la France Insoumise, d’Ensemble ! de citoyen-nes, du PCF, à la victoire de députés sur les deux circonscriptions de la Ville des Rois de France.

Dès le soir du 2ème tour de la présidentielle, j’avais immédiatement appelé à la construction d’un rassemblement le plus large possible autour de la dynamique enclenchée par Jean-Luc Mélenchon et autour du programme l’Avenir En Commun afin d’obtenir un maximum de députés-es nous permettant de gouverner et de corriger le programme Macron. Malheureusement, les divisions ici ou là ont eu raison de cette ambition.

Sur les circonscriptions 1 et 2 de Saint-Denis en particulier, nous l’avons atteint au nom de l’unité et du respect dû aux 7 millions d’électeurs et électrices qui ont soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

C’est devant cette responsabilité immense qu’après avoir proposé ma candidature, je l’ai retirée pour permettre la victoire de mes amis de luttes Eric Coquerel et Manon Monmirel sur la 1ère circonscription. C’est aussi en agissant sur la circonscription 2 en apportant, avec mes ami-es, le soutien de la France Insoumise à mes camarades du PCF Stéphane Peu et Farid Aïd, afin là aussi de permettre une victoire. Sans cela le résultat aurait sans appel. Sans oublier un instant l’opportunité qu’un autre député puisse être élu.

L’histoire aurait pu s’écrire autrement avec la perte possible des deux circonscriptions si un autre choix avait prévalu. Saint-Denis réussit un doublé et un équilibre des sensibilités que je n’ai eu de cesse de porter dans un contexte qu’il ne faut pas minorer, mais qui reste un point d’appui incontestable pour préparer l’Avenir, avec l’ensemble des habitant-es. Ces victoires sonnent aussi l’heure de la clarification et de la construction d’une force politique la plus large nationalement mais aussi localement, qui doit pouvoir se nourrir des erreurs du passé, des exigences légitimes des populations et de la nécessaire alliance dans les luttes sociales, écologiques et syndicales.

Parce que ces enjeux sont immenses, j’appelle solennellement de mes vœux la construction d’un groupe parlementaire unique au sein de l’Assemblée Nationale, constitué des députés-es de la France Insoumise, Ensemble!, PCF, divers gauches et Écologistes afin de mettre en échec Macron et le gouvernement -Philippe dans leur intention scandaleuse d’asservir la population à coup d’ordonnances. Ce groupe doit pouvoir s’unir autour d’une plateforme d’engagements en commun qui renforce le programme l’Avenir En Commun en respectant les sensibilités de tous, mais au service premiers des populations et non des appareils politiques. Car c’est cela qui désespère le peuple et c’est cela qui permettra de faire de la politique autrement en lien avec les gens. En cas d’échec de cet objectif alors il faut à minima garantir un travail en commun et un pacte de non agression sans jamais se tromper d’adversaire, entre les groupes différents créés. Il va sans dire qu’il n’est pas question de voter pour la confiance au président de la République et à son gouvernement.

Leur majorité outrancière, restera indigne de la démocratie et insignifiante tant elle est éloignée des aspirations des jeunes, des salariés, des acteurs associatifs, tant elle ne correspond à aucune majorité dans le pays. Leurs parlementaires ne seront que des réceptacles d’un ventriloque, qu’ils et elles suivront le doigt sur la couture du pantalon.

Alors, plus que jamais nous ne devons pas renoncer à revendiquer la venue des jours heureux pour les populations et avec elles, comme cœur de toutes nos actions et engagements. Alors poursuivons la reconstruction de cette gauche qui a perdu son âme, brique par brique pour offrir un avenir meilleur pour les futures générations.

Bally BAGAYOKO