PRÉSIDENTIELLE : “Pour sortir notre peuple de l’emprise de l’oligarchie capitaliste je ne crois qu’à une seule voie : la démocratie, le retour à la souveraineté populaire. par mon ami Boris Pétroff…

PRÉSIDENTIELLE : “Pour sortir notre peuple de l’emprise de l’oligarchie capitaliste je ne crois qu’à une seule voie : la démocratie, le retour à la souveraineté populaire. par mon ami Boris Pétroff…

RÉPONSE DE BORIS PETROFF A LA DEMANDE DE SIGNATURE DE LA PÉTITION LANCÉE PAR LE PCF POUR UNE CANDIDATURE UNIQUE DE TOUTE LA GAUCHE POUR LA PRÉSIDENTIELLE…Qui est une invitation a réfléchir….Bally BAGAYOKO

NON !
Non, Milou je ne crois pas qu’une pétition lancée à quelques mois des Présidentielles et qui ne dit pas un mot sur la candidature existante de Mélenchon, qui fait comme s’il n’y avait pas eu un candidat il y a 5 ans qui faisait passer le vote du peuple de gauche de 1,5 à 11 % , un candidat qui défende un programme antilibéral, qui se préoccupe sans artifice du sort des plus démunis, qui aujourd’hui est le seul sur nos valeurs dite de gauche capable de contrer les Valls, Sarko, Macron ou Hollande, NON, tu ne me feras pas croire que cette pétition soit honnête : c’est à mon sens une pure saloperie et rien d’autre.
Le Parti s’est foutu dans ma mélasse. Sans doute n’avait-il pas le choix mais à ce point c’est tragique.
J’aurais signé ce texte il y a 18 mois. Pas aujourd’hui.
Et j’aurais eu tort de le signer. j’y reviendrai.
Pour sortir notre peuple (et tous les autres) de l’emprise de l’oligarchie capitaliste je ne crois qu’à une seule voie : la démocratie, le retour à la souveraineté populaire.
Alors de deux choses l’une :
  • soit nos partis deviennent des organisations de masse (comme on disait dans le temps) qui débatte jour et nuit (comme Nuit Debout) avec tout le monde, qui intègre tout le monde, qui crée du commun entre un maximum de personnes,
  • soit on donne un sens, une orientation antilibérale à ces mouvements informels (qui se développent notamment dans toute l’Europe autour d’un ras le bol).
Il y a belle lurette que les réunions de cellule du Parti communiste (et pareil bien sûr pour le PG, les écolos ou les Partis trotskistes) ne sont pas le lieu où les gens se rencontrent pour analyser leurs difficultés et chercher des issues possibles à la  merde dans la quelle ils sont.
Il faut donc trouver d’autres lieux, d’autres modes de mise en commun de la réflexion, de l’action .. et du vote. D’autres lieux de démocratie.
Pourquoi en Grèce, en Italie, en Espagne, en Islande etc. des alternatives politiques explosent et sont aux portes du pouvoir si ce n’est au pouvoir ?
Pourquoi en France ce mécontentement se traduirait-il par un vote FN (“vous vous trompez de colère” disait-on autrefois) ou une abstention ?
C’est tout le sens des Insoumis. Redonner la parole et la majorité (au sens de Kant, c’est à dire le droit de penser tout seul) à nos concitoyens.
Oui leur donner le droit à la colère.
Mais pas n’importe quelle colère bien sûr.
Ce n’est pas par naïveté que je crois à la démocratie, c’est par nécessité politique.
Mais il faut, pour qu’il y ait démocratie, qu’il y ait du commun entre les gens. Qu’ils se connaissent , échangent, se regardent et s’écoutent.
Les réseaux sociaux (qui ne peuvent pas être un mode de gestion ) sont un fabuleux mot de communication , c’est à dire de mise en commun de la réflexion : il faut y croire.
Le mouvement des Insoumis ce n’est pas un outil électoral utile à quelques uns pour gagner des élections, c’est un lieu de débat qui débouche sur un programme, sur une autre façon de faire de la politique, sur des Lois qui défendent des droits et n’alignent pas des interdictions…
A Lille les Insoumis (dont les 2/3 étaient tirés au sort sur des listes de volontaires) ont adopté un programme auquel je crois. Un programme anti libéral et écologique. Que je vous invite à lire et commenter. Car au fond on n’oublie trop souvent pourquoi et pour qui on fait de la politique : voyez le projet qui résulte des premiers débats et consultations des Insoumis et qui fut adopté à Lille : http://www.jlm2017.fr/consultation_aec
Ma bataille aujourd’hui n’est plus de sauver des Partis en perdition ni même de faire un Front de Gauche entre des représentants TOUS dévalués de l’ancienne politique, elle est de donner du sens et du pouvoir à tous ceux qui en ont marre de l’idéologie capitaliste basée sur la concurrence et les inégalités. Oui revenons à nos idéaux révolutionnaires de Liberté, Egalité, Fraternité.
Ce programme antilibéral peut être présent au second tour des élections présidentielles de 2017 !
Autour (et grâce) à la candidature de Mélenchon.
Les Insoumis peuvent dépasser les 20 % et être devant Juppé ou Le Pen.
Même avec 3 à 4 % de voix éparpillés sous des candidatures PC, trotskistes et écologistes.
Iglésias, Tsipras sont-ils des Henri IV qui demandent à ce qu’on se rallie à leur panache blanc ?
NON.
Tout au contraire.
En tout cas je n’ai pas entendu ici de tels reproches…
Ici nul ne se choque de ce que Syrisa ou les Indignés aient une tête de file.
Et les Présidentielles ne se font pas au scrutin de liste que je sache, c’est par essence une élection uninominale…

Alors je conteste doublement cette pétition :

– parce que demander,  à quelques mois des Présidentielles, alors qu’existe un candidat qui émerge et qui est sur nos valeurs, nos orientations, qu’on en trouve un autre franchement unitaire celui-là, ce n’est  QUE un coup de sabot dans le dos de Mélenchon. Une façon malhonnête car pas franche de dire TOUT sauf Mélench’ :
–  parce que la seule façon de gagner des électeurs frontistes et abstentionnistes à un vote clairement antilibéral c’est de cesser de brandir un Front de Gauche : ces électeurs ne se sentent pas de gauche (du reste on les comprend : la gauche, qu’on le veuille ou non, c’est elle qui est au pouvoir aujourd’hui pour ces électeurs).
Oui Mélenchon avait tort il y a 5 ans de brandir un mot d’ordre “Front contre Front” quand il fallait convaincre les électeurs FN qu’ils étaient trompés.
Mélenchon vous inquiète ? Alors militez dans les clubs des Insoumis.
OUI on pout gagner le 1er tour. Et quelle passionnante page de l’Histoire nous vivrons quand droite, socio-libéraux ou extrême droite devront choisir entre le représentants des Insoumis et disons Le Pen ou Sarko/Juppé !
Mais cette bataille du 1er tour c’est également celle des législatives. Et c’est pour moi la seule raison du retrait du PCF, je veux dire de l’appareil du PCF, de cette bataille des Insoumis.
Ne plus avoir de députés PC c’est embêtant pour le Parti, mais ne plus avoir de candidat estampillé PCF aux élections législatives c’est perdre 1,70 € par an et par électeur pendant 5 ans. C’est donc la mort par asphyxie financière du PCF.
Or un  candidat Insoumis qui fat un bon score aux Présidentielles c’est une forte probabilité  d’un bon résultat des candidats Insoumis aux législatives (et en conséquence une quasi disparation des votes pour les candidats estampillés PCF)…
Non cette pétition n’est pas honnête.
Et pour moi la seule sortie de crise tête haute du PCF (mais aussi des écolos de gauche), c’est de s’inscrire dans le mouvement des Insoumis, d’y peser de tout leur poids, de toute leur expérience, de toute leur intelligence.
De parrainer Mélenchon (qui n’a toujours pas ses 500 parrains)
et le dire à voix haute.
De proposer des candidats communistes (ou écolos) aux législatives sous le label Insoumis (on peut imaginer une répartition honnête des 1,70 € ).
Je pense que c’est la seule issue pour le Parti. Même si elle est probablement négative pour le succès des Insoumis (le  soutien du PCF plombera davantage Mélenchon qu’il ne le renforcera) c’est justice que ce Parti soit présent, fort et influent dans ce mouvement populaire des Insoumis.
Et idem pour nos amis écologistes.
Une page historique se tourne de la vie politique dans le monde. C’est une opportunité exceptionnelle. Qui dépasse un milliard de fois les titillements sur les modalités de déclaration de candidature de Pierre, Paul ou Jean-Luc…
La bise à toutes et tous
Boris Petroff
Pour Supplément (je me refuse, même en ce cas, à utiliser les lettres PS). Pour autant il faut des Partis, une organisation, des facilitateurs, des organisateurs de débat. Mais cesser de croire que la vérité sort des Partis politiques. J’avais un ami (c’est toujours mon ami) qui disait “dans l’expression Parti Communiste, ce qui me gêne ce n’est pas le mot communiste, c’est le mot Parti.” S ‘il me lit et se reconnait : je lui dis de tout mon cœur : “Viens, viens nous faire profiter de ton indépendance, de ton intelligence, de ton honnêteté…”

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X