PRESIDENTIELLE, LEGISLATIVES :
Nous avons besoin d’une GAUCHE DEBOUT, AMIBITIEUSE ET COMBATIVE !

La contre révolution ultralibérale réactionnaire marque des points partout dans le monde. Les peuples, désorientés et affaiblis par une mondialisation qu’ils paient au prix fort, expriment leur total désarroi par l’arrivée de pouvoirs autoritaires et racistes : Turquie, Hongrie, Philippines, Pologne, de l’Amérique latine à l’Autriche en passant par la France, les mouvements de droite extrême ou radicalisée montent en pression.

Précarisations, destructuration du travail, recul des droits sociaux se cumulent à des politiques d’austérité et de division visant à dresser des groupes de population les uns contre les autres. Les politiques menées en France par les gouvernements depuis un quart de siècle non seulement nous envoient dans le mur mais cherchent à désespérer les couches populaires et les militances.

On entend couramment dire « cela va mal de pire en pire ». Nous ne pouvons renoncer à l’espoir, à l’action collective, au pouvoir d’agir populaire, aux luttes.  Cette ambition, ce refus du renoncement doivent s’exprimer lors des prochaines échéances électorales. Il s’agit d’appuyer les initiatives (mouvement coopératif, « défricheurs », « bonnets d’âne », « écosocialisme » concret, …) par lesquelles hors de l’institution des actions collectives relèvent la tête. Alors même que nous avons encore dans des mairies et des collectivités des points d’appui réels et solides. Dans ces territoires les électeur-trice-s ont donné la force de mettre en place des politiques publiques au service de l’intérêt général, déterminées au quotidien à placer l’humain au cœur, l’humain d’abord !

C’est le cas à Saint-Denis et à Plaine Commune.

Pour relever ce défi, comment se priver de campagnes électorales dynamiques, combatives et proches des habitant-e-s ?  Pour ma part, je soutiens que la désignation de candidat-e-s doit être l’aboutissement d’une construction collective des orientations, propositions et engagements. Les candidatures « France Insoumise » à la présidentielle et « gauche debout » à Saint-Denis sont issues d’autoproclamations d’une certitude individuelle.

Les premiers éléments de programme connus restent insatisfaisants sur certains points :

  • Si l’on peut espérer que ses dérapages (concernant les étrangers ou l’Allemagne), totalement regrettables, seront désormais bannis par Jean-Luc Mélenchon, deux sujets essentiels méritent de biens meilleures propositions politiques : La restructuration du travail (et par conséquence de l’activité économique et de l’emploi) ; les quartiers populaires.
  • Prés de 20 ans après la construction du Stade de France, un nouveau cycle de développement s’ouvre pour notre territoire. L’enjeu d’une ville populaire, pour tou-te-s reste à gagner. C’est notre mobilisation qui fera que la rénovation urbaine ne chasse pas –de fait- les plus pauvres et les « sans » et que les habitant-e-s bénéficient largement du développement du territoire. Ceci en prenant complètement en compte les dimensions travail-emploi comme la transition écologique. Ces enjeux imposent la plus grande clarté dès maintenant sur le positionnement du 2d tour, et l’impossibilité de rallier le PS.

Ces enjeux majeurs me semblent pouvoir être mieux portés. Je constate que pour la présidentielle, comme pour la circonscription législative de Saint-Denis 1, Les grandes orientations de gauche, l’humain d’abord, le refus du désordre établi se retrouvent dans les candidatures de Jean-Luc Mélenchon et à Saint-Denis de Stéphane Peu. L’espoir d’un changement à (par la) Gauche s’incarne désormais dans ces candidatures. Bon nombre de forces politiques (dont le PCF et Ensemble !) ont compris les risques de la division et la dynamique qui pouvait « renverser l’inéluctable ».

Lutter contre les politiques de droite et le FN impose une campagne dynamique, des idées ambitieuses, des propositions combatives, qui portent toutes les diversités de la population et du pays, de ses cultures, de ses genres et qui lève haut l’étendard des droits humains.
Se rassembler ensemble pour gagner est donc indispensable.

J’espère que le processus collectif aboutira dans la circonscription 2 (Epinay, Ile-Saint-Denis, Saint-Denis sud, Saint-Ouen), j’apporte mon soutien à Stéphane Peu dans la 1e (Saint-Denis, Pierrefitte, Villetaneuse). Pour la présidentielle je soutiens Jean-Luc Mélenchon. J’appelle au plus large rassemblement, à une mobilisation dynamique pour gagner en mai et juin prochain.

L’humain d’abord, la gauche en tête !

Patrick VASSALO

Maire-Adjoint Saint-Denis