PS LOCAL CONTRE RROMS ? PAR LE MRAP SAINT-DENIS….

PS LOCAL CONTRE RROMS ? PAR LE MRAP SAINT-DENIS….

Je relaie ici en tant que membre du MRAP et élu local ce communiqué qui fait suite à l’attitude et aux propos absurdes de la section locale du PS à l’encontre des RROMS. Une fois n’ait pas coutume.  Bally BAGAYOKO

COMMUNIQUE DU MRAP SAINT-DENIS
15 février 2016

C’est fort de son engagement auprès des Rroms, que le comité local du MRAP de Saint Denis tient à s’exprimer sur le débat provoqué par les élus du parti socialiste à la suite du démantèlement d’un réseau de proxénétisme et de pickpockets dont certains seraient installés sur le terrain Voltaire au 55 route de la Courneuve à Saint-Denis.
Il est évident que tout réseau mafieux doit être poursuivi, jugé, quelle que soit l’origine des délinquants. L’exploitation des femmes et des enfants est criminelle et doit aussi être condamnée et dénoncée. En la matière, rien n’est excusable.

Il est évident aussi que le moyen de combattre toute dérive délictuelle est de favoriser la scolarisation des enfants, les activités périscolaires, l’alphabétisation, la formation et l’accès à l’emploi. Sinon, on serait amené à penser que, « par nature », certains groupes humains sont délinquants ou voleurs.

Or, tant au niveau des rapports des Nations Unies, de la Commission européenne des droits de l’homme, de la Commission nationale des droits de l’homme, des rapports de Romeurope, le constat est accablant : La France est condamnée pour sa politique d’exclusion et d’expulsions systématiques des Rroms et donc les ruptures successives des processus de scolarisation.
Cela devrait être une préoccupation chez tous les élus de gauche.
A ce jour, nous nous félicitons que 9 collectivités territoriales, dont la ville de Saint Denis, se soient regroupées afin de faire 6 propositions constructives, gérables pour chaque territoire et bénéfiques pour les Rroms, donc pour toute la population. Elles soulignent, à juste raison, que 40 millions d’euros de fonds européens ont été restitués par la France, faute de projets « recevables » par l’Etat.

Et pourtant, le comité de soutien aux Rroms de Saint Denis a, avec les Rroms de Voltaire, rencontré Mr Normand, sous-préfet régional chargé « des campement illicites ». Notre demande était d’obtenir des moyens en complément de la Ville (en utilisant les fonds européens) pour une MOUS d’auto-construction pour 10 familles, sur un nouveau terrain. Nous n’avons pas été entendus.

De la même manière, Mr Didier Leschi, préfet à l’égalité des chances, nous a signifié son refus de mettre à disposition de 19 familles, les bungalows disponibles du Fort de l’Est.
Il est évident que le maintien sur un même site de 50 familles, qui s’élargissent tout naturellement, rend le travail d’accompagnement complexe. Tous les intervenants sont formels, il faut multiplier les « petits terrains » et limiter à quelques familles. Le projet initial prévoyait des installations des familles sur 3 terrains. Cela n’a pu se faire malgré les démarches précitées.

  • Mais pour en revenir à l’intervention des élus socialistes :
    Elle stigmatise les Rroms du terrain Voltaire (« nous sommes montrés du doigt pour une famille qui pose problème disent t’ils ») ;
  • Les informations n’ont pas été vérifiées. Les élus socialistes sont t’ils allés sur le terrain pour rencontrer les familles et avoir leur version des faits ? Ont-ils eu des informations de source policière ou se sont-ils basés uniquement sur un article des pages départementales d’un journal régional ?

Cette attitude rappelle curieusement la campagne municipale où sur la foi d’un écrit du responsable de l’extrême droite départementale, Mr Hanotin avait demandé au tribunal l’annulation de l’inscription des Rroms sur les listes électorales.
Nous attendons des élus et des militants de gauche, non pas d’alimenter les préjugés anti-Rroms, mais un appui politique pour que les propositions concrètes, rendues publiques le 26 janvier 2016 par 9 collectivités du département, puissent aboutir et mettent fin aux bidonvilles inacceptables tant pour les habitants que pour les riverains.
Dans le climat délétère actuel, il est de la responsabilité de tous les élus, de ne pas alimenter xénophobie, fantasmes et amalgames.

Pour les affaires criminelles qui traversent toutes les catégories de la population, c’est à la police et à la justice de faire son travail.

Pour tout contact et adhésion : Mrap Saint-Denis
Courrier ● Bourse du travail
9/11, rue Génin
93200 SAINT-DENIS
Email ● mrap.93saintdenis@yahoo.fr

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X