Risque maximal autour de l’Euro de foot par Le Parisien… ” pas question de s’engager aveuglément” Bally BAGAYOKO

Risque maximal autour de l’Euro de foot par Le Parisien… ” pas question de s’engager aveuglément” Bally BAGAYOKO

Jamais les questions de sécurité qui entourent le prochain Championnat d’Europe de football (organisé en France du 10 juin au 10 juillet) ne se sont posées avec autant d’insistance. Hasard du calendrier, quelques heures après les attentats de Bruxelles, le ministre de l’Intérieur présidait justement un comité de pilotage sur la sécurité de la compétition.

Au cœur des préoccupations, la gestion des fan-zones, ces espaces festifs dédiés aux supporteurs des vingt-quatre sélections qualifiées et aux habitants des dix villes hôtes (Paris, Saint-Denis, Bordeaux, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Saint-Etienne et Toulouse). « Si nous devions reconsidérer notre position sur l’ouverture de telle ou telle fan-zone en fonction de l’évaluation des risques, nous le ferions », a indiqué Bernard Cazeneuve, après avoir reconnu qu’un « haut niveau de menace » pèsera sur la compétition.

A ses côtés, Alain Juppé, maire de Bordeaux et président du club des villes hôtes de l’Euro 2016, a rappelé hier sa position de principe : « Nous sommes tous déterminés à conserver le caractère populaire et convivial de cet événement. C’est pour cette raison que nous souhaitons faire fonctionner ces fan-zones. En même temps, nous mettrons tout notre poids dans la balance pour que le plus haut niveau de sécurité soit assuré. » En toile de fond, la délicate question du financement des imposantes mesures de sécurité agite certains acteurs locaux. « Nous souhaitons de tout cœur proposer une fan-zone sécurisée capable d’accueillir 15 000 personnes en plein centre-ville, expose Bally Bagayoko, adjoint aux sports en charge des grands évènements et du sport de la mairie de Saint-Denis (93). Ce serait un message positif pour nos concitoyens, si durement frappés par les attentats de novembre. Mais tant que nous n’avons pas de visibilité sur les contributions de l’État, voire de l’UEFA(NDLR : l’instance du football européen, coorganisatrice de l’Euro), il n’est pas question de s’engager aveuglément. ».

Ronan Folgoas

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X