SAINT-DENIS : “C’est dans la fidélité aux choix d’orientation adoptés lors de la campagne électorale de 2014, dans le respect des engagements pris devant les électeur-rice-s que le groupe REVE entend poursuivre son action au sein de la majorité municipale”… par mon ami Patrick VASSALO

SAINT-DENIS : “C’est dans la fidélité aux choix d’orientation adoptés lors de la campagne électorale de 2014, dans le respect des engagements pris devant les électeur-rice-s que le groupe REVE entend poursuivre son action au sein de la majorité municipale”… par mon ami Patrick VASSALO

Conseil d’installation  du nouveau maire de Saint-Denis

Le samedi 3 décembre 2016

 

 

Dans la foulée de Marcellin Berthelot et de Patrick Braouezec, Didier Paillard aura indéniablement conduit le renouveau de Saint-Denis, la mise en œuvre du projet urbain de la Plaine et la revitalisation de notre banlieue populaire.

Dans deux des responsabilités qu’il a eu en délégation, la Culture et le développement économique, Didier aura marqué ce temps. Pérennisation du TGP, du cinéma l’Ecran, du Festival de musique, carnavalcade, événements de quartier ou plus centraux comme le rendez-vous de rentrée le dernier week-end d’août, actions culturelles dans les quartiers lui doivent beaucoup. On se souviendra de l’arrivée à Saint-Denis de la compagnie Jolie Môme, à la Belle étoile, si en phase avec cette ville rebelle, fière et combative.

La réussite de la densification d’activités avec –et après- la construction du Stade de France , la diversification des activités de travail dans notre bassin d’emploi, l’acharnement –parfois- à intéresser et à intégrer les salarié-e-s dans la ville, la pérennisation d’une gestion partagée avec les syndicats tout autant que le partenariat constant avec Plaine Commune Promotion, doivent beaucoup à sa ténacité.

C’est à partir de ces réalisations, de ces acquis, que nous pouvons aujourd’hui envisager d’ancrer notre action culturelle au regard des droits culturels, mobiliser le pouvoir d’agir dans la culture . Au plan économique, le nouveau cycle qui s’ouvre devra prendre appui sur les acquis pour porter un développement local répondant aux besoins du territoire et de la population, mobilisant les savoir-faire, les ressources locales et maîtrisés par la population. Pourrait-on dire autogérés ?

Didier  n’est pas pour rien non plus dans les raccords entre culture et travail, entreprise et archéologie, savoir-faire et patrimoine, initiatives citoyennes et portage institutionnel.

C’est le fond de toute une démarche qui fait confiance aux gens, qui ne s’aligne pas sur les appareils, qui bâtit l’avenir par le partage du présent avec celles et ceux qui le font qui m’ont fait rencontré Didier au début des années 90 et particulièrement lors de sa campagne des cantonales en 1994. L’aventure qui s’en est suivie a été une vraie expérience innovante quant aux pratiques politiques, à la production de politique par le débat public et le travail collectif.

Combien aurions nous besoin aujourd’hui , à l’heure de Nuits débout, de Podemos, des « défricheurs », d’un coopérativisme renouvelé, du ministère des bonnets d’âne et de tant d’autres démarches et initiatives, combien aurions nous besoin de cet élan.

C’est dans la fidélité aux choix d’orientation adoptés lors de la campagne électorale de 2014, dans le respect des engagements pris devant les électeur-rice-s que le groupe REVE entend poursuivre son action au sein de la majorité municipale.

– Nous jugeons encourageant l’annonce d’un moratoire visant à construire un nouveau plan d’action avec le personnel communal et leurs syndicats, mais nous le jugeons insuffisant ;

– Nous entendons soutenir les luttes pour le droit au logement pour tou-te-s et exercer une grande vigilance pour que les classes populaires et notamment les plus pauvres ne se retrouvent pas , de fait, victimes de la rénovation urbaine ;

– Nous voulons que Saint-Denis soit une ville pour tou-te-s, qu’il s’agisse de l’emploi, de l’éducation, de la culture ou des commerces ; nous avons droit au respect, à tous égards ;

Nous le faisons aussi en espérant et construisant un nouvel élan qui doit clairement modifier des façons de faire, remettre le pouvoir d’agir citoyen au cœur de l’action municipale.

Au moment où partout dans le monde la capitalisme mondialisé et l’affaissement progressiste génèrent des mouvements réactionnaires, conservateurs, qui s’en prennent aux femmes, aux travailleur-se-s, aux migrant-e-s, etc. nourrissant une contre-révolution ultralibérale en économie et raciste, sexiste, xénophobe, islamophobe, fascisante, totalitaire, qui préfère les murs aux communs. A ce moment là nous avons la responsabilité de protéger notre ville, de sauvegarder le vivre ensemble, de soutenir les luttes et l’action collective. Il s’agit là de résister. Et d’inventer. C’est tout le sens, la raison et le désir de notre engagement dans cette municipalité.

Rejetez vos illusions, et préparez-vous à la lutte.” Je concluerai par cette citation d’Alain Badiou, qui commente ainsi cet appel de  Mao : « Tenir le vrai contre l’illusoire et, quelles que soient les circonstances, combattre plutôt que se rendre, je ne vois pas qu’une philosophie véritable puisse désirer autre chose ».

Le mot de la fin reviendra à la grande résistante Lucie Aubrac qui disait de façon fort directe : « le mot résister doit toujours se conjuguer au présent ».

 Patrick VASSALO

Maire Adjoint

Groupe RÊVE au sein de la majorité municipale

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X