“SAUVONS ARSEJ ET RTSF93, DES DECISIONS DU DEPARTEMENT DE LA SEINE SAINT DENIS’…..

“SAUVONS ARSEJ ET RTSF93, DES DECISIONS DU DEPARTEMENT DE LA SEINE SAINT DENIS’…..

Monsieur le Vice-Président en charge de la protection de l’enfance,

Cher Frédéric,

J’espère que tu vas bien et que tout se passe bien dans tes nouvelles fonctions. Après avoir tenté de te joindre sur ton téléphone, sans y parvenir, je viens au-devant de toi concernant mon inquiétude à l’égard d’une association dont je connais très bien les missions et leurs contributions à la mise en œuvre des orientations départementales en matière de protection de l’enfance, de jeunesse et de la famille. Il s’agit de l’association ARSEJ, qui œuvre depuis plusieurs années dans le champ de la protection de l’enfance à destination des enfants et jeunes les plus en difficulté et relevant de l’aide sociale à l’enfance de la Seine Saint-Denis. Depuis quelques années un partenariat existe entre le CDEF93 bras armé de l’Aide Sociale à l’Enfance dans la mise en œuvre des orientations départementales. Eu égard à mes anciennes fonctions et désormais Parrain de l’association, je ne serai attirer ton attention, plus encore sur le rôle majeur que cette structure à jouer et joue dans le champ de l’accompagnement, des enfants, jeunes et de leur famille au niveau de la Seine Saint Denis.

Cette collaboration gagnant-gagnant est d’abord au bénéfice des bénéficiaires. Sous le précédent mandat, j’ai beaucoup œuvré pour que les acteurs comme ARSEJ poursuive un travail en étroite collaboration avec les services du département et du CDEF, conforment aux textes régaliens en vigueur. Présente sur tous les fronts que constituent ce champ de la protection de l’enfance, l’association ARSEJ développe  des actions innovantes et accepte volontiers  de réinterroger ses pratiques professionnelles au regard des besoins premiers des enfants, jeunes et de leur famille dans une démarche partenariale et multidisciplinaires.

Des outils uniques et essentiels ont été mis en place depuis quelques années à destination du public  :

–              plateau technique de formation à destination des jeunes dits incassable,

–             développement de petites unités d’hébergements permettant l’individualisation des prises en charge

–              création un média permettant l’expression de tous les jeunes de Seine Saint-Denis, dénommé RTSF93, autour de la question du vivre ensemble et de la protection de l’enfance.

Ce média majeur permet sans aucun doute de redonner un espoir dans la prise de parole et dans la capacité des décideurs et acteurs locaux à prendre part aux enjeux de la protection de l’enfance, de la jeunesse et de la famille. La majorité des participants a d’ores et déjà exprimé, sa satisfaction de l’existence de ce nouveau média. Dans le cadre de sa volonté de construction collective, ARSEJ a déposé auprès des services du département un projet d’établissement et de service incluant des évaluations qualités. Cette approche qualité permet, par l’évaluation des activités et missions de l’association, à l’ensemble de ses partenaires d’avoir à porter une appréciation. Cette démarche innovante, vise aussi à ouvrir le regard de l’ensemble des acteurs partenaires de l’association ARSEJ, mais aussi des membres de l’association sur leur propre activité. Il ressort globalement de ces évaluations qualités une perception positive de l’ensemble des partenaires, sur les activités dispensées par ARSEJ à destination des publics. Dans le prolongement de son engagement, ARSEJ en partenariat avec le CDEF 93, répond à un appel à projet visant à encadrer la gestion des jeunes reconnus en très grande difficulté (TGD), lancé par le département de la Seine Saint Denis.  Leur réponse singulière, a la volonté de répondre de manière innovante et particulière en proposant : unités de vie, centre de formation, atelier culturel et média.

Un dispositif unique en son genre. Ma principale inquiétude réside dans ce qui va suivre. Pour des raisons que j’ignore totalement, il semble que depuis quelques mois, qu’il y ait une volonté, “non assumée” de la part de la direction de l’aide sociale à l’enfance de tout mettre en œuvre afin que l’activité de l’association ARSEJ et de RTSF93 cesse? Je ne peux imaginer un instant et pour toutes les raisons que j’ai énoncé précédemment que les informations obtenues puissent être réelles et se confirmer ? Dans le passé, j’avais déjà eu à observer que des actions étaient entreprises par la direction de l’aide sociale à l’enfance visant à mettre un arrêt au partenariat entre le CDEF et la dite association, sans que jamais des raisons objectives aient été évoquées. J’avais dans le passé été contraint de rappeler, qu’indépendamment  de la notion “d’indépendance” que devait avoir le CDEF dans sa gestion opérationnelle,  aucune raison ne pouvait justifier de remettre en cause les missions et le partenariat établit entre le CDEF et l’association.

Ce qui est plus inquiétant, reste principalement l’absence de discussions, d’échanges malgré les adresses de l’association à  l’attention de la direction de l’ASE.  Aucunes difficultés, ni griefs n’ont jamais été clairement reprochés de la part de la direction de l’aide sociale à l’enfance auprès ni de l’association, ni auprès du CDEF, à ma connaissance. J’espère très sincèrement, qu’il s’agit d’une incompréhension passagère et qu’en aucun cas la remise en cause des activités  portées par les 47 salariés de l’association ne seront, effectivement remise en cause ? Pour l’ensemble de ces raisons, je viens auprès de toi, afin d’avoir une première lecture et position politique devant la situation ainsi décrite et des inquiétudes qui sont les miennes, de l’association et de nombreux enfants, jeunes et familles. Ces inquiétudes si elles devaient se confirmer, nécessiteraient une mobilisation de tous pour empêcher, la mise en œuvre de ce que je considérerais comme une catastrophe sans précédent au niveau de la Seine Saint Denis et j’espère pouvoir compter sur ton soutien, comme tu l’as toujours fait. Enfin si je me permets de t’écrire c’est que le vent des décisions et de l’inquiétude, s’approche et s’entremêle et il est donc urgent d’avoir une position définitive sur le sujet.

D’avance merci de ta lecture et des actions que tu ne manqueras pas d’enclencher pour trouver une issue favorable pour les enfants, les jeunes, les familles et les salariés de l’association. Je me tiens à ta disposition en tant que Parrain de l’association, avec la direction de l’association pour un rendez-vous afin de trouver une modalité de travail permettant de lever les craintes énoncées et inscrire notre partenariat sur la durée. En attendant, je te prie de croire à mes salutations distinguées.

Bally Bagayoko

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X