SPORT CONTRE TERRORISME : “Dimanche de sport à Saint-Denis” par Le Parisien…

SPORT CONTRE TERRORISME : “Dimanche de sport à Saint-Denis” par Le Parisien…

Le parc des sports Auguste-Delaune de Saint-Denis, poumon sportif qui s’étale sur 11,7 ha, s’est gonflé hier après-midi de sentiments profonds. Neuf jours après les attentats perpétrés autour du Stade de France ainsi qu’à Paris et quatre-vingt-seize heures après l’assaut donné par les forces de l’ordre contre une cellule de Daech retranchée dans un appartement situé en plein cœur de la ville de Seine-Saint-Denis, le sport s’est imposé comme un moyen d’oublier les traumatismes.

Sous le soleil et sans service d’ordre, les Dionysiens ont rejoué au foot, au rugby et même à la pétanque. On sprinte, on s’adresse des passes, on se concentre. On revit… « Il fallait vite reprendre, insiste Ahmed Homm, président depuis 2012 d’un millier de footballeurs au Sdus, le club local. Voir nos jeunes venir sur les terrains aujourd’hui, accompagnés de leurs parents, est une bonne chose. On ne voulait pas qu’ils restent devant la télé à regarder toutes ces images… Ça fait beaucoup pour eux en ajoutant l’activité des réseaux sociaux. Certains vivent ou vont à l’école dans le centre-ville qui a été secoué mercredi. Mais il ne faut pas arrêter de vivre. »

Le hasard du calendrier a voulu que l’équipe seniors soit opposée à celle du PSG (c) pour le choc au sommet du groupe A de DSR. « Saint-Denis et Paris viennent d’être durement touchés, c’est donc un beau symbole », ne cache pas Ahmed Homm, qui a tenu à imposer une minute de silence avant le match mais a regretté qu’il n’y ait « pas de sono dans le stade, car on aurait aussi fait résonner la Marseillaise ». « Je suis content de retrouver mes copains aujourd’hui, apprécie Sofiane, un jeune attaquant de 15 ans. Ça a fait du bien de se changer les idées… »

Entre bises et poignées de main, Bally Bagayoko, le maire adjoint en charge des sports dans la 3e commune d’Ile-de-France avec ses 110 000 habitants, prend le temps d’apprécier cette journée. « On a repris le sport avec tout ce qu’il incarne comme valeurs pour les opposer à la barbarie, commente l’ex-basketteur. Le sport, comme la culture, a un rôle important dans les quartiers populaires. Il faudrait lui donner plus de moyens. »

A l’opposé du terrain de football, les rugbymen du Sdus vont signer un 5e succès de rang contre Beaune, de la poule 2 de Fédérale 2, qui les comble de joie. « Les événements ont touché beaucoup de monde et on ne peut pas oublier, ne cache pas le talonneur Jérémy Sanchez Pereira. Nous retrouver a permis de penser à autre chose. » La minute de silence a réuni dans la même émotion les deux clubs au milieu du terrain. « On ne s’est pas posé la question de venir jouer à Saint-Denis, promet Sébastien Magnat, l’entraîneur des Bourguignons. On était même contents. »

Pour Olivier Glévéo, qui nourrit l’ambition de conduire le club dionysien vers les sommets, autour d’un projet guidé par Bernard Laporte, les jours écoulés ont été durs à vivre. « Le plus difficile a été pour l’école de rugby qui a été touchée par les actes terroristes, confie le président du club. Face à nos jeunes, on a voulu dédramatiser la situation en leur disant qu’ils étaient en sécurité avec nous. Au club, on essaie d’intégrer tout le monde, sans juger les origines ou la religion. »

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X