Stop à l’austérité pour nos villes, pour la Seine Saint Denis, pour nos vies ! Par mes amis-es de lutte au Conseil Départemental de la Seine Saint-Denis.

Stop à l’austérité pour nos villes, pour la Seine Saint Denis, pour nos vies ! Par mes amis-es de lutte au Conseil Départemental de la Seine Saint-Denis.

Je vous invite à signer cette pétition pour faire valoir les droits des habitants de la Seine Saint-Denis auprès de l’Etat. Bally BAGAYOKO. Iici

Petition Seine Saint Denis Elus Front de Gauche

Nous, élu-e-s de Seine Saint Denis exigeons de l’Etat :

• l’arrêt de la baisse des dotations de l’Etat et leur rétablissement immédiat pour les communes et le département ;
• la renationalisation du financement du RSA. L’Etat doit reprendre à sa charge l’intégralité de cette dépense, sans conditions, au titre de la solidarité nationale ;
• le versement au Conseil départemental des 140 millions € permettant de verser l’intégralité du RSA pour cette année.

Nous refusons de nous soumettre à la politique d’austérité à laquelle l’Etat contraint les collectivités territoriales pour résorber la dette publique nationale. Dette dont elles ne sont pas responsables.

Le gouvernement diminue de façon injuste les dotations financières aux communes et aux départements. Qu’importe la satisfaction des besoins humains, il faut d’abord assurer les cadeaux aux entreprises :
– Moins 12 milliards € pour les collectivités, au mépris total des conséquences sur la population ou sur les petites entreprises locales.
– Mais 20 milliards € de cadeaux fiscaux aux entreprises par le biais du CICE

Pour 2016, en Seine-St-Denis, les communes seront privées de plusieurs centaines de millions € et le Conseil départemental, de 22 millions € pendant que le gouvernement offre 116 millions € de CICE aux grosses entreprises de notre territoire. Sans effet sur l’emploi ! Les licencié-e-s de PSA et tant d’autres encore, en savent quelque chose.

Cette baisse des dotations est d’autant plus insupportable pour le Conseil départemental. Les allocations de solidarité (Revenu de solidarité active (RSA), l’Allocation départementale personnalisée d’autonomie (ADPA) et la Prestation de compensation du handicap (PCH)), que le Département a l’obligation de verser, sont compensées, pour à peine plus de la moitié par l’Etat

A lui seul, le RSA représente plus de 450 millions € d’allocations versées à l’année. Or, le Conseil départemental assurera seul 140 millions € pour ce filet social essentiel à plus de 100 000 Séquano-dyonsien-ne-s, qui l’échangeraient plus sûrement contre un emploi durable et bien payé.

Dès lors, les communes et le Conseil Départemental sont contraints de puiser dans leurs recettes de plus en plus maigres ; diminuer, pour le Conseil Départemental, le soutien financier aux communes ; augmenter les impôts ou encore augmenter leurs dettes, quand les banques acceptent de prêter. Et ne prêtons aucune attention à la droite nationale qui s’en offusque. Les mêmes ont d’ores et déjà déclaré que leur retour aux affaires débuterait par une coupe de 100 milliards € de dépenses publiques !

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X