[#Une nouvelle baisse du nombre de chômeurs selon le gouvernement En Marche ? Toi y’en a te foutre de ma gueule ? Bally BAGAYOKO]

[#Une nouvelle baisse du nombre de chômeurs selon le gouvernement En Marche ? Toi y’en a te foutre de ma gueule ? Bally BAGAYOKO]

[#Une nouvelle baisse du nombre de chômeurs selon le gouvernement En Marche ? Toi y’en a te foutre de ma gueule ? Bally BAGAYOKO]

Chaque mois le gouvernement En Marche, ce cesse de nous faire comprendre que grâce à sa politique de relance de l’économie par la flexibilité, le nombre de chômeurs de France ne cesse de baisser.. Après une légère hausse en octobre dernier, voici que l’on nous indique à coût d’opération de communications que le nombre de demandeurs d’emplois inscrits en novembre a baissé de 0,8% soit plus de 30 000 demandeurs d’emplois en moins, selon les chiffres de pôles emploi. Des informations qui flattent les statistiques mais en réalité ne règle en rien la situation profonde du chômage pour des millions de nos concitoyens. A côté de cette information gouvernementale, existe une autre réalité le tripatouillage en règle, des statistiques, des instructions pour accentuer les radiations administratives des listes, les suspensions d’inscription, la non inscription d’une part importante de la population et enfin, le faite que de manière générale, la question du chômage pose aussi la question du salariat et des conditions de travail proposé. Même si les statistiques fournies par le ministère du travail, nous donne une stabilité des radiations depuis plus de 15 ans.

Des résultats qui sont très loin de ce que j’observe en tant qu’élu en charge des questions d’emploi, de formation et d’insertion. Une réalité douloureuse avec un taux de chômage d’environ 20% sur la ville parfois jusqu’à plus de 30% dans certains quartiers de nos villes de Plaine Commune. Il n’y a pas un jour que je ne suis interpellé par des habitants qui ont, soit perdus leur emploi, soit, sont à la recherche d’un emploi, soit, ont été radiés. Pendant ce temps, en France, les milliardaires ne cessent de croître, avec la bienveillance du gouvernement En Marche, avec des cadeaux fiscaux à souhait. Aujourd’hui la France en compte pas loin de 39. Sans oublier l’évasion fiscale en France qui est de plus de 60 milliards et plus de 1000 milliards en Europe. Dans le même temps les 500 personnes les plus riches du monde ont vu leur fortune augmenter de 23 % en un an pour atteindre plus de 5.400 milliards de dollars fin 2017, soit plus de 1000 milliards de plus que l’année précédente. Conséquence de la flambée des cours de la bourse.

Très souvent les mêmes sont concernés et cumulent le statut de milliardaire et acteurs premier dans l’évasion fiscale, tout cela avec une douce complicité des États. Bien entendu pour eux pas de sévérité et pas d’actions à la hauteur des enjeux, juste du divertissement pour les médias.

 

 

Toutes ces questions sont importantes à prendre en compte pour agir résolution sur ce fléau de la société que reste le chômage. Le fait de développer l’industrie de la menace et de la sanction à l’encontre des chômeurs, qui restent des proies faciles pour un nombre important d’entreprises peu scrupuleuses du droit des salariés, n’est pas acceptable. Le fait de faire se lever l’industrie de la culpabilisation des chômeurs qui représentent pas loin de 9,4 pourcent de la population active en métropole, soit 3,5 millions officielles ; mais en réalité pas loin de 10 millions officieusement ; n’est pas acceptable non plus. S’il faut saluer les retours à l’emploi, nous devons aussi nous préoccuper de la durabilité de ces retours et de la qualité des emplois occupés.

Enfin, on ne peut chanter à tue-tête, la chanson de la baisse du nombre de chômeurs, alors que dans le même temps le plan social le plus important de toute l’histoire de la République est en marche avec plus de 120 000 suppressions d’emploi aidés et des milliers de suppressions d’emplois liés à la mise en place des ordonnances, sans oublier les conséquences de la baisse des dotations de l’État en direction des collectivités locales et son impact sur les carnets de commande des TPE, PME qui restent les principaux employeurs de nos territoires et qui seront lourdement impactés dans le cadre des projets d’investissements importants, revus à la baisse (travaux, constructions…). Ce sont aussi ces réalités douloureuses qu’il nous faut mettre en avant pour faire cesser ce tsunami de l’hypocrisie du gouvernement En Marche et de son Président Emmanuel Macron.

Bally BAGAYOKO

Maire-Adjoint délégué à l’emploi, la formation et l’insertion

France Insoumise

RÊVE Insoumis

Actualités

Me suivre sur Youtube

Currently Playing

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Connexion

X